Panique au Mac Donald en 2016 : les braqueurs condamnés

Par • Mis à jour le 21/12/2017 - 05:46

Ils avaient défrayé la chronique à la veilles des fêtes de Noël l'année dernière. Une bande de braqueurs comparaissaient devant le tribunal correctionnel pour une série d'attaques commises dans des commerces de la région pointoise mais aussi et surtout au Mac Donald des Abymes. Des coups de feu avaient été tirés créant une panique générale relayée sur les réseaux sociaux. Tout cela pour au final de biens maigres butins. Deux prévenus sur trois ont écopé de 3 et 5 ans de prison, le dernier mineur comparaîtra devant une autre juridiction.

    Panique au Mac Donald en 2016 : les braqueurs condamnés

L’information concernant l'attaque du Mac Donald avait rapidement circulé sur les réseaux sociaux, des clients s'étaient réfugiés en face à la station de lavage. Une bande de malfrats encagoulés venait de tirer des coups de feu dans l’enseigne de restauration rapide, sans faire de blessés heureusement. Un peu plus tard vers 23h, une marchande de bokits ambulante est ciblée dans le bourg des Abymes. Toujours traumatisée, la victime a indiqué aux juges ce mercredi, ne plus ouvrir aussi tard et seulement certains jours.

Série de braquages à la veille de noël 

Le lendemain, rebelote, c’est une épicerie du quartier de l’Assainissement qui est braquée. Courage ou inconscience? Le couple de gérants s’oppose aux malfaiteurs, leur assénant des coups de bâtons malgré le canon pointée dans leur direction. Le pistolet s’est il enrayé ou l’agresseur a t-il usé de bluff ? En tout cas, la bande est mise en fuite, avec un butin dérisoire, quelques centaines d’euros à tout casser. Comble de la bêtise, les assaillants dans leur fuite en scooter percutent une voiture. Les obligeant à abandonner sur place le deux roues mais aussi l’arme à feu. Des éléments qui ont suffit à remonter la piste.

En manque d'argent 

Henry Delon et Chris John, la vingtaine d’années ont expliqué avoir agi par manque d’argent. Le procureur a requis des peines fermes. Le tribunal a prononcé respectivement 3 et 5 ans de prison à l’encontre des deux majeurs, le mineur a quant à lui été renvoyé devant la juridiction pour enfants.