Retour sur les gardes à vue d'Ary Chalus et Marie-Luce Penchard

Par • Mis à jour le 31/10/2019 - 05:00

Après plus de 9 heures de garde à vue, le président de Région et le maire de Basse-Terre sont ressortis libres des locaux de la DIPJ des Abymes, vers 18h30. Ils étaient entendus dans le cadre de l’affaire Pascal Averne, cet agent soupçonné de double emploi au sein des deux collectivités entre 2015 et 2018.

    Retour sur les gardes à vue d'Ary Chalus et Marie-Luce Penchard

Placés en garde à vue à 8h50 précise, Marie-Luce Penchard, Maire de Basse-Terre et Ary Chalus, président de Région ont dû s’expliquer toute la journée face aux enquêteurs de la brigade financière. Ces convocations faisaient suite à l’audition il y a deux semaines de Pascal Averne, sur un présumé double emploi, au cabinet de la Mairie du Chef lieu et en même temps au Conseil Régional. Il s’agissait pour les policiers de confronter chacune des versions. Mais la simple convocation des élus s’est transformée dès leur arrivée ce mercredi matin, en garde à vue, ce qui a étonné l’avocat de Marie-Luce Penchard, Maître Hubert Jabot.

Moun Gwadloup a débarqué

Notez que le collectif Moun Gwadloup qui avait prévu un rendez-vous avec Ary Chalus depuis plusieurs jours s’est en son absence, présenté aux grilles du Morne Vergain afin de l'attendre, sans heurt et dans une ambiance calme. Les militants sont repartis peu avant la sortie des deux élus vers 18h30.

Pas de convocation

Selon nos sources, aucune autre convocation judiciaire n’est prévue à ce stade. Mais les investigations se poursuivent, toujours chapeautées par le procureur de Basse-Terre.

 

 

 

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.