Rotations stoppées à Marie-Galante : le préfet veut saisir la Justice

Par 19/03/2020 - 09:57
01/01/2020 - 00:00

Après la décision des élus de Marie-Galante, mercredi soir, d’interdire « l’accostage et le débarquement de tout navire de plaisance » sur le littoral de la Grande Galette, le Préfet de Région a exprimé son « inquiétude » et son intention de saisir la Justice pour maintenir « un minimum de rotations ».

    Rotations stoppées à Marie-Galante : le préfet veut saisir la Justice

Le préfet s’est dit « inquiet » après l’annonce des maires de Marie-Galante d’interdire « l’accostage et le débarquement de tout navire de plaisance en provenant des ports autres que Marie-Galante », afin de « protéger » la population  et « mettre en application l’article 1 de l’arrêté municipal du 17 mars », comme l’a indiqué Jacques Cornano, le maire de Saint-Louis, mercredi soir, à l'issue d'une réunion de crise avec les autres édiles de l'île.

Philippe Gustin, a ainsi réagi, ce jeudi matin, sur RCI : « cela m’inspire beaucoup d’inquiétude », a ainsi indiqué le Préfet, selon lequel cette décision « risque de mettre les populations en danger ».

« Je comprends la volonté de se protéger », a ainsi déclaré le Préfet, mais « je fais une différence entre Terre-de-Haut et Marie-Galante parce que Terre de Haut il y aura deux rotations par jour, pour Marie-Galante, c’est la fermeture complète. »

Terre-de-Haut avait en effet interdit depuis quelques jours l’arrivée de touristes sur son territoire. A Marie-Galante, l’interdiction, plus large, risque, selon Philippe Gustin, de poser des problèmes sanitaires comme « l’approvisionnement de médicaments, le traitement de certains malades [qui] sera interrompu. », évoquant aussi la question des «  thérapies », ou des accouchements impossibles à Marie-Galante.

Philippe Gustin a aussi évoqué des « situations dramatiques » , prenant l’exemple d’ « une jeune mère de famille qui était à Pointe-à-Pitre », mercredi, et dont le bébé qu’elle allaitait « était resté à Marie-Galante ». « Je ne vois pas ce qui empêche de maintenir une rotation quotidienne », sous conditions de « contrôles » a-t-il encore indiqué.

Cependant, « la loi est assez floue », a reconnu Philippe Gustin, annonçant ainsi un recours en Justice : « concrètement c’est le juge qui décidera, je vais sans doute déférer ces arrêtés qui ont été pris par différentes communes et on verra ce que dit le juge » mais « la question c’est surtout le pragmatisme. »

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.