Un gérant de karaoké relaxé pour des violences armées

Par 13/02/2019 - 06:36 • Mis à jour le 13/02/2019 - 06:36

Le gérant d’un établissement de karaoké de Bas du Fort au Gosier était poursuivi en comparution immédiate ce mardi, pour des violences à l’arme blanche commises en début de mois sur un client. Mais le prévenu de 66 ans a été relaxé faute de preuves. D’autant plus que les juges ont relevé quelques incohérences concernant la victime de cette bagarre.

    Un gérant de karaoké relaxé pour des violences armées

Huit membres d’une même famille venue de l’hexagone et adeptes de karaoké, habitués des lieux lorsqu’ils sont en vacances, décident d’y passer une soirée. L’un des hommes particulièrement éméché, va au bar et recommande une seconde bouteille de Vodka. Le gérant de l’établissement refuse vu son état, le client s’énerve, insulte, menace et fini par lui jeter le contenu de son verre au visage. Une bagarre s’en suit et après coup, l’individu ivre est récupéré par ses proches en sang.

Des incohérences chez la victime

L'homme sera admis aux urgences avec une grosse plaie par arme blanche à la poitrine et à la tête. Premier élément bizarre, la victime se revendiquant issue des gens du voyage, ne portera plainte qu’une semaine plus tard, bien après le gérant, qui a déposé le lendemain même, c’est d’ailleurs lui qui a appelé la police le soir des faits, alors que le client avait disparu.

Le blessé absent à l'audience

Absent de surcroit à l’audience, le blessé a juste demandé par écrit des dommages et intérêt. Une compensation financière plutôt louche pour les magistrats, pour quelqu’un qui n’a pas voulu venir détailler l’agression. Faute de preuves, le tribunal a préféré relaxer le mis en cause, qui a toujours nié avoir porté des coups, contrairement à son adversaire, propos corroborés par plusieurs témoins.