Un homme condamné pour avoir mordu et menacé sa compagne enceinte avec un sabre

Par 31/05/2018 - 05:58 • Mis à jour le 31/05/2018 - 05:58

Un homme était jugé cette semaine en comparution immédiate au Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre pour avoir mordu, agressé et menacé avec un sabre sa compagne enceinte. Les faits se sont passés durant le week-end de Pentecôte le 19 mai dernier. Retour sur la procédure d'audience.

    Un homme condamné pour avoir mordu et menacé sa compagne enceinte avec un sabre

L’histoire débute au sein d’un couple à Saint-François, qui consomme de l’alcool et du crack jusqu’à perdre pied. Au cours de la soirée, une dispute éclate. La conjointe du prévenu s’en prend à son compagnon, car ce soir-là, il refuse de la laisser partir chez ses parents. C’est à ce moment que tout dégénère, il la violente avec une casserole, la mord 4 à 5 fois au visage et la menace avec un coutelas.

Le prévenu en état de récidive pour les mêmes faits tente de se justifier : « C’était un week-end de Pentecôte, j’ai bu du rhum, on a fumé du crack. On s’est engueulé. Ça a dérapé. Elle a essayé de m’étrangler. Je me suis emporté mais je ne suis pas méchant. Je me soigne ». Lorsque le procureur s’adresse à la victime et l’interroge : « Vous pensez qu’il peut changer ? », elle répond « oui » pour ensuite y ajouter : « il n’est pas violent mais il quand il boit, on ne le reconnaît pas, je souhaite continuer cette relation ».

LA VICTIME AIME MALGRÉ TOUT SON COMPAGNON

Pour l’avocat de la défense, « on ne consomme pas des stupéfiants par hasard. Peut-être pour échapper à son quotidien. Ce couple a besoin de s’évader. La victime aime cet homme même dans ses moments de défaillances. » Dans cette procédure d’audience, les faits reprochés sont graves mais se déroulent avec en trame de fond, des sentiments d’amour. Après ses blessures au visage, la victime a refusé d’aller chez le médecin pour ne pas aggraver la situation de son compagnon dira-t-elle après. Elle apprend qu’elle est enceinte seulement quelques semaines après l’altercation qu’elle a eu avec son conjoint. Les juges condamnent le prévenu à 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis, obligation de suivre des soins, obligation d’indemniser la partie civile à hauteur de 748€.