Un médecin spécialiste des gardes à vue écope de 4 ans de prison

Par 08/12/2022 - 22:24 • Mis à jour le 08/12/2022 - 21:59

Le docteur Medhy-Lionel Socrier qui s'occupait des consultations de suspects en garde à vue a écopé ce jeudi soir d'une peine de prison, 4 ans dont 30 mois avec sursis probatoire et interdiction définitive d'exercer la médecine. Il était poursuivi pour des agressions sexuelles présumées commises en 2020 aux Abymes. Le praticien était pourtant agréé par la Justice pour cette mission particulière, avec 3500 consultations judiciaires à son actif. Le Tribunal a finalement suivi les réquisitions du Parquet mais une procédure en appel a déjà été décidée par la défense.

    Un médecin spécialiste des gardes à vue écope de 4 ans de prison

La Tribunal a indiqué qu'il motivera par écrits ses motivations concernant cette peine. 4 ans de prison dont 18 mois fermes donc, assortis de plusieurs interdictions à l'encontre du Dr Medhy-Lionel Socrier, âgé de 43 ans, marié et père d'un jeune enfant. Le professionnel de santé était jugé ce jeudi, toute la journée, pour des agressions sexuelles présumées sur des suspects, lors des procédures de garde à vue. Il aurait à 2 reprises, abusé de leur situation délicate, pour s'auto-satisfaire tout en leur proposant de le faire aussi, à l’abri des regards dans son cabinet des Abymes. 

Lors de l'enquête et après médiatisation de l'affaire, d'autres témoignages seraient venus étayer les accusations principales. Mais officiellement, seules 2 victimes ont déposé plainte. Les perquisitions menées ont permis de retrouver comme dénoncé, des mouchoirs avec des substances, permettant des analyses ADN par la suite. L'expertise psychologique a également montré que les plaignants souffraient d'une charge émotionnelle après consultations, des angoisses anormales constatées aussi par les escortes. 

Le prévenu a toutefois nié dès sont interpellation en 2020. Avec 3500 auscultations judiciaires à son actif, il dit n'avoir jamais agressé personne. Il s'est dit hétérosexuel et penche plutôt pour un complot pour salir son image. Sachant qu'il a depuis, tout perdu, son métier, ses revenus, sa femme est partie, il n'a plus rien pour vivre a t-il indiqué en pleurs. 

Le Tribunal a suivi les réquisitions demandées par le Ministère Public, avec en plus, une inscription au fichier des délinquants sexuels, interdiction de contact avec les parties civiles et d'exercer la médecine de façon définitive. La défense a indiqué à l'issue de l'audience qu'elle fera appel. 

Maître Maxime Tessier du barreau de Rennes, un des avocats avec Maître Raphaël Lapin, a tenté de démontrer qu'il existait des incohérences dans ce dossier. Il a soulevé lors de sa plaidoirie plusieurs anomalies concernant les dépositions et les éléments matériels : 

 

Tags