Une bagarre mortelle à coups de couteau jugée aux assises

Par • Mis à jour le 03/06/2019 - 18:21

Un procès pour meurtre s'est ouvert, ce lundi après-midi aux assises de Basse-Terre. Dans le box, Jérald Olivier VERIN, un jeune homme qui aura 30 ans demain, à qui il est reproché d'avoir frappé de plusieurs coups de couteau, dont un en pleine poitrine, le 17 juillet 2017, au bas-du-bourg, à Basse-Terre, un autre jeune, Wons PLANTIER, âgé de 25 ans, avec lequel il s'est battu, au sujet de propos malveillants. L'audience a débuté par les auditions des proches de l'accusé. Une famille recomposée de 8 enfants, originaire de la Martinique.

    Une bagarre mortelle à coups de couteau jugée aux assises

La tradition aux assises veut que l'on essaie de connaître au mieux l'accusé avant de le juger. Pour cela, on retrace toute sa vie. Familiale, scolaire, relationnelle, sentimentale, professionnelle...

La plupart du temps, ce sont surtout les proches, des familiers ou des amis et des voisins qui viennent témoigner et la plupart du temps les témoignages sont favorables à l'accusé.

Cet après-midi, on n'est donc pas surpris d'entendre que Jérald Olivier VERIN est calme, gentil, poli, serviable.

Pas surpris, non plus, de voir ces mêmes personnes découvrir à l'audience qu'il a eu entre 2009 et 2016, un parcours de délinquant, avec 6 mentions à son casier judiciaire, déjà condamné, déjà emprisonné, pour des faits de violences avec arme, consommateur de stupéfiants, et porteur en permanence sur lui d'un couteau.

Beau-père violent...

Cet après-midi, les torts ont été porté en direction d'un beau-père présenté comme violent. Un beau-père qui n'a pas été cité, qui n'est pas là pour se défendre, d'accusations dépourvues de toutes preuves.

La tradition à la cour d'assises veut, aussi, que l'on s'intéresse à la victime pour respecter l'équilibre des forces en présence, mais également l'équité des débats. Ce sera le cas demain.