Une dizaine de personnes condamnées pour trafic de drogue

Par • Mis à jour le 07/11/2018 - 07:25

Un dossier comprenant 10 personnes était jugé hier devant le tribunal correctionnel de Pointe à Pitre. Les individus ont été condamnés pour trafic de produits stupéfiants. 113 kilos d'herbe de cannabis avaient été saisis.

    Une dizaine de personnes condamnées pour trafic de drogue

Dix personnes étaient jugées ce mardi pour trafic de stupéfiants devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. Trois détenus et quatre autres prévenus qui comparaissaient libres. Au total, sept personnes dont une femme devaient répondre de leurs actes. Il s’agissait de quatre guadeloupéens et de deux hommes originaires de Saint-Vincent et de Dominique. Deux autres guadeloupéens, étaient eux, absents : l’un dont le procès à été disjoint et l’autre non-comparant. Un autre prévenu était absent : un saint-vincentais sous le coup d’un mandat d’arrêt.

Tous ces individus étaient soupçonnés d’avoir réceptionné, une nuit d’octobre 2017, de l’herbe de cannabis débarquée d’un bateau. Les enquêteurs de l’Office Central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants basé en Martinique, avaient transmis un renseignement aux gendarmes selon lequel un débarquement de plus de 500 kilos devait avoir lieu sur la plage de l’Anse des Îles à Sainte Rose.

Lors de l’intervention des forces de l’ordre, seuls 113 kilos enfermés dans des ballots ont été retrouvés. Des ballots qui avaient été déposés, vraisemblablement pour être récupérés ultérieurement. Les enquêteurs avancent la théorie d’un débarquement en deux temps : les trafiquants n’ayant peut-être pas pu récupérer l’ensemble de la cargaison. Les différentes écoutes téléphoniques allaient par ailleurs alimenter le dossier d’instruction et permettre d’identifier les personnes poursuivies dans ce dossier, quatre d’entre eux ayant été interpellés sur les lieux.

Lors de l’audience, le procureur a souligné le comportement des prévenus qui contestaient des faits prouvés par une longue enquête. Les enquêteurs ont en effet pu démontrer les différentes commandes passées, les convoyages, qui, pour l’accusation auraient débutées en décembre 2015.

Des peines différenciées ont été demandées. Seuls deux avocats plaidaient dans ce dossier ce mardi. L’un pour demander la relaxe au motif que son client avait été interpellé sur les lieux, alors qu’il effectuait son footing. L’autre pour demander une peine adaptée aux faibles preuves étayées contre le sien.

Après six heures de délibérations, les trois juges ont suivis les réquisitions, en condamnant Lenny Vital à 3 ans d’emprisonnement ferme, maintien en détention et interdiction du territoire français pendant 5 ans. Déjà soumis à un mandat d’arrêt, Jay Lavia, a été condamné à 2 ans et demi d’emprisonnement ferme. Auguste Gorley a écopé de la même peine, avec maintien en détention et interdiction du territoire pendant 5 ans. Rony Beuve a été condamné lui à 1 an d’emprisonnement ferme. Les 5 autres à des peines allant de 9 à 4 mois