Une fête clandestine de 500 personnes évacuée par la police au Gosier

Par 08/03/2021 - 16:38
01/01/2020 - 00:00

Deux hommes étaient présentés en procédure de comparution immédiate ce lundi, au tribunal de Pointe-à-Pitre. Ils sont poursuivis pour l’organisation d’une soirée clandestine, samedi dernier, qui aurait réuni plusieurs centaines de personnes dans une villa du Gosier, en plein contexte de crise sanitaire. Une affaire qui a été renvoyée au mois d’avril prochain… En attendant, les deux prévenus ont été placés sous contrôle judiciaire.

    Une fête clandestine de 500 personnes évacuée par la police au Gosier

Mise en danger d’autrui, exécution de travail dissimulé, ouverture irrégulière d’un débit de boisson et non-respect des mesures règlementaires du dispositif sanitaire actuellement en vigueur." Ce sont les chefs d’inculpations à l’encontre des deux présumés organisateurs d’une soirée clandestine qui s'est tenue ce samedi soir à Mare Gaillard au Gosier.

 Le premier âgé de 33 ans, directeur artistique d’une boîte de nuit parisienne au chômage technique depuis le début de la crise sanitaire, et le second, 29 ans, agent d’orientation dans un centre de formation se trouvaient sur le banc des prévenus ce lundi. Ils se seraient associés pour organiser une soirée sous le slogan « J’peux pas, je chill » avec animation DJ et service de restauration sur place.

Sauf que l’ampleur du vacarme provoqué par les festivités a poussé les voisins à alerter la police. Les autorités ont recensé sur place 500 personnes et plus de 200 voitures.

La police a mis immédiatement fin à la fête et le matériel Hifi et la caisse avec la recette de l'évènement ont été saisis. Les deux organisateurs présumés étaient immédiatement interpellés et placés en garde à vue. 

Ce lundi, devant les juges, ils ont demandé un délai afin de préparer leur défense. Un délai qui leur a été accordé.

L’affaire a été renvoyée au 12 avril prochain. Les deux hommes, eux, ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer en contact l’un avec l’autre jusqu’au jour de l’audience. »

Sur sa page facebook, la police a tenu à rappeler que "les rassemblements de plus de 6 personnes en particulier dans un espace public ou dans un lieu ouvert au public sont strictement interdits. Aucune soirée privée ne peut non plus être organisée sur le département de la Guadeloupe pendant l'état d'urgence sanitaire."

Tags