Violences armées du week-end: trois incarcérations

Par 04/11/2016 - 15:54 • Mis à jour le 04/11/2016 - 15:54

Deux affaires de violences armées étaient appelées jeudi après-midi en comparution immédiate. Toutes survenues dimanche aux Abymes. Dans la première, deux individus s’étaient mutuellement tirés dessus en marge d’un anniversaire. Dans la seconde, un trentenaire s’en était pris à son ex compagne en pleine rue avec un pistolet. Les 3 prévenus ont écopé de 2 ans de prison ferme chacun avec mandat de dépôt.

    Violences armées du week-end: trois incarcérations
Une "réaction fréquente en Guadeloupe, on court chercher des armes avant de penser à discuter. Un reflexe qui nuit à la société" a indiqué le procureur adjoint Loïc Guérin. "Faire usage d’un fusil, au-delà de la loi, c’est aussi interdit par la morale" a-t-il indiqué par la suite. "A longueur d’audience, on entend cette phrase « tu vas prendre une balle »" a surenchéri le président du tribunal. C’est le "choix de la mort plutôt que du dialogue" ce malgré les campagnes de prévention engagée par l’état depuis plusieurs années.

Fusillade avant l'anniversaire

Dimanche dernier, deux hommes ont réglé un différend à coup de fusils de chasse, alors que se préparait un anniversaire. Tous deux ont été blessés dans cette fusillade, mais également une victime collatérale qui tentait de calmer les choses. Pas de blessures graves, fort heureusement, mais quand même des ITT allant de 3 à 10 jours.

Il agresse son ex compagne

Quelques heures auparavant, c’est un ancien compagnon violent qui s’en est pris à une jeune femme. Il lui a demandé de descendre de son domicile pour discuter avant de la rouer de coups, puis de la menacer avec un pistolet. Deux coups de feu ont été tirés, l’abri bus à proximité en a fait les frais, un bien public à remplacer. Exaspéré par ce genre de comportement, les magistrats ont clairement exprimé leur indignation en prononçant de légitimes sanctions, 2 ans de prison ferme pour chacun et placement sous écrous.