Violences sur agent : "son nez est venu sur mon pied"

Par 01/03/2018 - 10:22 • Mis à jour le 01/03/2018 - 10:22

Un détenu comparaissait ce mercredi pour des violences exercées sur un agent pénitentiaire de Fond Sarail il y a quelques semaines. L’individu avait agressé et menacé des surveillants pour une histoire de parloir refusé. Les juges l’ont condamné à 12 mois de prison ferme supplémentaire.

    Violences sur agent : "son nez est venu sur mon pied"

Kenny Picord a été décrit comme violent, ne supportant pas la frustration. En fin de mois de janvier, il s’était vu refuser une permission de parloir. Il n’en a pas fallu plus pour le mettre dans un état hors de lui. Il a tout d’abord refusé de rejoindre sa cellule comme lui a indiqué le surveillant. Usant de menaces, l’homme de 23 ans se montrait dangereux. L’agent a donc appelé les renforts mais dans l’altercation, il a reçu un coup au visage. Son nez saignait abondamment, il a dû être pris en charge. « C’est son nez qui est venu se cogner à mon pied » a osé déclarer le prévenu à la barre. Une déclaration improbable mais soutenu par l’avocat de la défense.

Un coup de pied 

Aucune caméra n’a pu filmer, il s’agit peut être d’un geste accidentel. Le ministère public a souligné l’intolérance aux règles, l’intéressé est déjà connu pour des faits similaires. Il a requis 18 mois de prison ferme supplémentaire. La défense a insisté sur le fait qu’on accorde plus de crédit à la parole des surveillants, avec un contexte médiatique défavorable en sa faveur, dur de connaître la vérité. Il peut s’agir d’un simple geste involontaire, et pas forcément venu du prévenu. La mêlée avec plusieurs intervenants étant indescriptible. Malgré cette plaidoirie, le tribunal a condamné le mis en cause à 1 an de prison supplémentaire et près de 2000 euros de dommage et intérêt.