Vols et cambriolages en série jugés en correctionnel

Par • Mis à jour le 22/11/2019 - 09:54

Il était surtout question ces derniers jours de vols et de cambriolages au tribunal correctionnel pointois. Deux affaires distinctes. L’une concernant le Moule et l’autre les Abymes. Les prévenus ont écopé de peines allant de 9 mois avec sursis à 12 mois fermes. Notez qu'un incident a éclaté entre le parquet et un des avocats de la défense à la fin des débats à propos du traitement d'un dossier.

    Vols et cambriolages en série jugés en correctionnel

Dans le premier dossier, deux jeunes de 20 et 26 ans devaient répondre d’une dizaine de cambriolages commis au Moule, depuis fin aout jusqu’à lundi. La bande avait été interceptée après un énième méfait par les gendarmes. Parmi les victimes, la piscine municipale, des restaurants de la plage de l’Autre Bord, des stations, boulangeries, traiteurs, commerces et même le centre de formation des jeunes. A chaque fois le même mode opératoire, les auteurs entraient par effraction après avoir dégradé des fenêtres ou portes à l’aide d'un pied de biche. Le butin, du matériel informatique, des cigarettes, quelques espèces et même des bonbons. Ce sont surtout les dégâts occasionnés qui ont dérangé les commerçants par la suite. Certains n’ont pas hésité à exprimer leur colère à la barre. Le tribunal a condamné les deux prévenus à 12 mois ferme et 9 mois avec sursis.

Il se bat et mord les agents de sécurité

Dans un autre dossier, un voleur avait été stoppé par des vigils à la sortie magasin des Abymes mardi, alors qu’il tentait de s’enfuir avec des bouteilles de Whisky. Une bagarre s’en est suivie, avec couteau à la main et morsures, mais l’individu de 50 ans a finalement été maîtrisé par les agents avant d’être remis à la police. Après recoupement, on lui reproche pas mois de 14 vols en région abymienne, notamment plusieurs roulottage de voitures. Déjà expulsé mainte et mainte fois depuis 1985, David Télémaque, ressortissant dominiquais s’est excusé, mais cela ne suffit pas a déclaré le parquet qui a requis 12 mois fermes avec mandat de dépôt, peine suivie.

Echanges houleux entre l'avocat et le procureur

Notez ce début d’incident entre le ministère public et l’avocat commis d’office, Maître Béatrice Tétin-Aymer a soulevé le manque de temps pour analyser un dossier particulièrement épais, consultable au dernier moment puisqu'en comparution immédiate. Le procureur choqué, a reproché d’annoncer cela au cours de la plaidoirie et de ne pas assurer la défense de son client, le tout sans avoir préalablement demandé un renvoi de l’affaire en début d'audience.   

 

 

Tags