C2DT: "c’est un outil de projection"

Par • Mis à jour le 13/07/2015 - 23:46

Ce lundi 13 juillet, le président de région Victorin Lurel a signé avec 9 mairies, les premiers contrats de développement durable territoriaux (C2DT). Le maire de Sainte-Anne, Christian Baptiste a défendu sur RCI Guadeloupe l’utilité de ces contrats.

    C2DT: "c’est un outil de projection"
Le président de région Victorin Lurel a signé, ce lundi 13 juillet, avec les maires de 9 villes les premiers contrats de développement durable territoriaux (C2DT). Ces contrats concernent les projets des 9 municipalités en question pour les six prochaines années.

Mais, les C2DT n’auraient pas bonne presse. Ce lundi sur l’antenne de RCI Guadeloupe, Christian Baptiste, le maire de Sainte-Anne a défendu ce dispositif. Il oppose aux détracteurs du C2DT un argument : les contrats de développement durable territoriaux ne seraient pas "un outil électoral présenté pour les élections départementales ou pour les futures élections régionales".

Il a fait une mise au point."Cela permet de rationnaliser les projets. C’est un outil qui permet d’avoir une démarche rationnelle, une démarche de projection. Par exemple, à Sainte-Anne nous sommes accompagnés pour la remise aux normes du crochet de l’église", a-t-il indiqué.

Les C2DT se déclinent en programme d’action. Ils sont mis en œuvre dans un cadre partenariat autour de trois axes : l’aménagement et l’environnement, le développement économique et la cohésion sociale. Pour Hélène Christophe, la mairesse de Trois-Rivières, ils s’avèrent essentiels.