CTIG : une installation sous tension

Par • Mis à jour le 17/03/2018 - 06:32

L’installation du nouveau conseil d’administration du comité du tourisme de Guadeloupe (CTIG), désormais transformé en EPIC, a été l’occasion d’une passe d’arme interne à la majorité régionale, pour le poste de 1er vice-président. La candidate du président Chalus a été mise en minorité, par Sonia Taillepierre (GUSR), proche de Guy Losbar.

    CTIG : une installation sous tension

Laconique. Le communiqué de presse de la région Guadeloupe pour annoncer la composition du nouveau bureau du conseil d’administration du désormais EPIC-CTIG. Et le mot est faible. C’est que les choses ne sont pas passées tout à fait comme prévu. S’il n’y avait aucun doute s’agissant du poste de président, celui revenant de plein droit à l’exécutif régional, c’est pour la fonction de 1er vice-président que les choses se sont tendues. Le président de région a pesé pour coopter Corine Pétro, conseillère régionale de sa majorité. Mais c’était sans compter sur la détermination de Sonia Taillepierre, également élue régionale, présidente de la commission tourisme au sein de la collectivité. Cette dernière, contre toute attente s’est portée candidate face à sa collègue, jetant un froid certain et obligeant l’exécutif à se rendre finalement à l’évidence.

14 à 10

 C’est Sonia Taillepierre (GUSR), proche du 1er vice-président Guy Losbar qui l’emporta avec 14 voix contre 10 à la candidate de Chalus qui avait pourtant été désignée la veille par cette même majorité pour briguer le poste. Certes, il n’y a pas de quoi ébranler l’équipe Chalus. Et encore moins le président lui-même, qui n’a pu néanmoins dissimuler son agacement, de sources concordantes (car la presse n’avait pas été conviée).  Reste que c’est un mauvais signal de l’aile GUSR de la majorité régionale, que le président Chalus serait bien inspiré de ne pas sous-estimer, rompu qu’il est à la chose politique. 

Plus simple pour le reste

Pour les autres postes à pourvoir, les choses ont été beaucoup plus simples. La 2ème vice-présidence est revenue à la conseillère départementale Marlène Bernard, la 3ème à Olivia Ramoutar-Badal (représentante des EPCI), le 4ème vice-président étant Didier Coffre de l’Express des Îles, représentant lui des socioprofessionnels.  Quant au directeur général du CTIG, Willy Rosier, plébiscité pour la gestion de la structure et la stratégie mise en œuvre depuis son arrivée, il a été confirmé dans ses fonctions. Il est vrai que les performances de la destination Guadeloupe plaident largement pour lui, avec en point de mire la Route du Rhum 2018 et ses retombées attendues.