Conseil municipal à haut risque à Morne-à-l'Eau

Par • Mis à jour le 13/11/2017 - 06:08

Les élus de la commune doivent se réunir à 10h ce lundi pour élire celui ou celle qui remplacera Victoire Jasmin -devenue sénatrice-, comme 1er adjoint. Mais la question divise. Guety Labuthie, le 2ème adjoint estime que la fonction devrait logiquement lui être confiée. Le maire, Philipson Francfort n’est pas du tout sur cette ligne et souhaiterait imposer le conseiller municipal Orel Mirre, qui n’est autre que le protégé de l’ancien maire décédé Jean-Claude Lombion… Analyse des forces en présence et des enjeux de cette joute municipale mornalienne.

    Conseil municipal à haut risque à Morne-à-l'Eau

Cette réunion du conseil municipal de Morne-à-l’Eau s’annonce particulièrement tendue et son issue très incertaine s’agissant du seul point inscrit à l’ordre du jour, à savoir l’élection de celui ou celle qui va succéder à Victoire Jasmin, devenue sénatrice, en qualité de 1er adjoint. Le maire Philipson Francfort court le risque d’être mis en minorité, en voulant passer en force  et imposer son option. Une option qui réside dans la désignation par ses soins, d’un simple conseiller de la majorité, qui n’occupait donc jusqu’ici, aucune fonction au sein de l’exécutif municipal, afin de le bombarder 1er adjoint.  L’élu en question n’est autre que Orel Mirre, conseiller municipal délégué à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme. L’ennui pour le chef d’édilité mornalien, c’est que ce scénario divise, au sein même de son propre camp. Et la fronde vient du groupe de Guety Labuthie, 2ème adjoint, qui estime suivant sa logique et son poids électoral, que c’est à lui que devrait revenir ce poste de 1er adjoint. Les réunions de majorité circonscrites  au groupe Francfort, qui compte 18 élus et élargies au groupe de Georges Hermin, se sont donc multipliées ces derniers jours, pour trouver un consensus…  Mais sans succès…

Election ce lundi matin !

C’est donc un conseil municipal des plus divisés qui va se réunir ce matin pour procéder à l’élection du nouveau 1er adjoint de la commune. Avec d’un côté, le groupe de la majorité composé des  18 élus du maire Philipson Francfort, coupé en deux. Une partie souhaitant un vote classique pour faire glisser vers le haut la liste actuelle des adjoints, ce qui permettrait à Guety Labuthie de passer de 2ème à 1er adjoint et ouvrirait la voie à un poste de 9ème adjoint pour un conseiller municipal. Et l’autre ligne défendue vaille que vaille par le chef d’édilité pour coopter le conseiller Orel Mirre. Il faut savoir dans l’affaire que le groupe du socialiste Georges  Hermin qui avait intégré la majorité ne soutiendrait pas le maire, et aurait décidé de prendre ses distances. Le groupe du vice-pdt de région Jean Bardail, quant à lui, anciennement composante de la majorité, et aujourd’hui plus que jamais en embuscade, voit poindre une occasion inespérée  de flinguer le 1er magistrat de la commune. Reste qu’au-delà de toutes ces tractations et combinaisons,  Guety Labuthie ne fait pas l'unanimité non plus d'une manière générale, au sein de ce même conseil municipal. S’achemine-t-on vers une nouvelle crise politique à Morne-à-l’Eau (ça faisait longtemps) ?  Début de réponse, dans quelques heures…