Décryptage du vote Rassemblement National en Guadeloupe

Par • Mis à jour le 27/05/2019 - 12:15

Le Rassemblement National s’est très nettement imposé en Guadeloupe lors des élections européennes. Près de 9000 voix se sont portées sur la liste menée par Jordan Bardella, 23,5%, loin devant LAREM 18%. Un vote qui fait beaucoup réagir au plan local et qui mérite que l’on s’y attarde.

    Décryptage du vote Rassemblement National en Guadeloupe

 D’abord le constat, il est clair, net et ne souffre d’aucune contestation, les électeurs guadeloupéens ont placé dans 25 communes sur 32, le Rassemblement National en tête.  La république en Marche doit se contenter de miettes, 6 communes et le PS d’une seule.

Si l’on rentre dans le détail des chiffres : 8 988 voix se sont portées sur la liste menée par Jordan Bardella, c’est un réel bond en avant pour le RN, qui sous la bannière Bleu Marine n’avait obtenu que 2 280 suffrages, il y a 5 ans lors de ces mêmes Européennes. Alors comment expliquer cette percée du RN en Guadeloupe. Si elle est historique, puisqu’il s’agit de la première élection, où il arrive en tête, il n’y a pas lieu pour autant de parler de coup de tonnerre pour le politologue Pierre Yves Chicot :

 

 

Un discours qui plaît

Un discours rôdé, bien huilé, qui plait à certains Guadeloupéens. C’est le sentiment d’un autre politologue, Georges Calixte :

 

Maxette Grisoni-Piarbakas

Parmi les explications de ce vote, il faut bien évidemment y voir la présence en 12è position de Maxette Grisoni-Pirbakas. Peut-on parler pour autant de vote affinitaire, c’est l'une des explications avancées par Maël Disa, le référent La république en Marche en Guadeloupe :

 

 

Et après ?

L’avenir pour le Rassemblement National dans l’archipel passera par les prochaines échéances électorales, au premier rang duquel figure un scrutin bien particulier : les élections municipales. Le parti de Marine Le Pen est-il capable de transformer l’essai et de s’imposer encore plus dans le paysage politique guadeloupéen ? Oui pour Rody Tolassay, le délégué départemental du RN :

 

Une percée qui n’est pas propre à la Guadeloupe puisqu’elle s’est confirmée dans presque tout l’outremer, seuls la Martinique, la Polynésie et Wallis et Futuna n’ont pas voté Rassemblement National.