Harry Durimel dresse le bilan après 2 ans de mandature

Par 20/10/2022 - 14:37 • Mis à jour le 20/10/2022 - 14:34

Ce jeudi matin (20 octobre), la presse était conviée au bilan des deux premières années de mandature du maire de Pointe-à-Pitre, Harry Durimel. Un bilan qui redonne espoir à une ville au déficit colossal.

    Harry Durimel dresse le bilan après 2 ans de mandature
Photo : Lynda Cayarcy

Pour Harry Durimel, l’heure était venue rendre compte de la situation actuelle de la ville de Pointe-à-Pitre. À l’ordre du jour : un point d’étape sur le redressement financier de la ville, la présentation des enjeux de la ville qui souhaite rendre visible l’action politique, et la rentrée culturelle de la commune.

Réduire le déficit

Le point central de cette rencontre portait évidemment sur le financier. C’est dans une volonté absolue de transparence que la majorité a présenté l’état des finances de la ville. La stratégie de redressement de la municipalité de Pointe-à-Pitre commence à porter ses fruits. La ville est passée d’un déficit (hors dettes bancaires) de 75 millions d’euros à 39 millions d’euros au 31 décembre 2021. Et elle vise les 20 millions d’euros d’ici la fin de l’année 2022.

Harry Durimel, maire de Pointe-à-Pitre :

Il y a beaucoup de souffrance. Mais il y a une grande espérance parce que ce que nous mettons en œuvre est en train de porter ses fruits. Et d'un déficit abyssal de plus de 75 millions en arrivant, nous sommes aujourd'hui au 31 décembre 2021 à 39 millions au lieu de 47 millions prévus par la Chambre régionale des comptes. Et si nous maintenons le cap cette année, à deux mois de la fin de l'exercice, je peux me permettre de vous dire que nous finirons avec un déficit de 20 millions d'euros, ce qui pour moi est spectaculaire.

Si Pointe-à-Pitre a pu réaliser cet exploit, c’est notamment grâce au COROM (contrat de redressement en Outre-Mer). Ce dispositif national mis en place par l’État a pour but d’aider les communes à redresser leur situation financière sur le long terme. Il semblerait que la résorption de la dette de Pointe-à-Pitre soit en bonne voie. Mais il va falloir attendre plusieurs années pour un véritable retour à l’équilibre, prévu tout de même avant 2026.

Mise en vente du foncier

Dans la perspective de pouvoir investir à nouveau dès l’an prochain, mais aussi d’offrir une meilleure qualité de vie à ses habitants, la municipalité envisage de cesser des biens.

Harry Durimel, maire de Pointe-à-Pitre :

L’année prochaine, nous allons procéder à la cession d'actifs. Lorsqu'il faut faire face à de grosses dépenses, on vend un bien et nous avons l'opportunité de régler des problèmes de qualité de vie des citoyens de l'usine Mathieu, de Bergevin, face au hall Paul Chonchon et de Mortenol et la résidence Georges Roux. Ce sont des biens qui appartiennent à la Ville, mais nous allons les vendre à la SIG. Nous sommes parvenus à un accord et, grâce au fruit de cette cession, Pointe-à-Pitre fin 2023 devrait à nouveau pouvoir investir.

À l’aspect financier s’ajoutent de nombreuses actions menées par la ville pour la remise en état de l’administration, l’offre de service aux Pointois, l’amélioration du cadre de vie dans une dynamique de transition écologique et en faveur de l’innovation et de l’attractivité. Parmi ces actions figurent la reprise du chantier de la Renaissance avec un projet de ciné-théâtre, la mise en place du dispositif de prestation sociale ou encore l’installation de vélos électriques.

Une vidéo explicative a été réalisée sur la réduction du déficit de la ville. 

Tags