La Région au coude-à-coude avec les planteurs guadeloupéens

Par 30/03/2016 - 15:04 • Mis à jour le 30/03/2016 - 15:04

Sans conteste, ce mardi 29 mars 2016, lors de la rencontre entre le conseil régional et les représentants de la filière banane, Ary Chalus, le président de la collectivité a fait savoir sa volonté de soutenir nos planteurs.

    La Région au coude-à-coude avec les planteurs guadeloupéens
Produire et exporter 100 000 tonnes de bananes en Guadeloupe, c’est l’objectif de la filière d’ici 2020. Aujourd’hui, l’archipel en produit 77 000 tonnes. Nos planteurs souhaiteraient atteindre 23 000 tonnes de plus.

Cet objectif est possible. Néanmoins, la collectivité régionale doit intervenir. D'ailleurs, elle a réaffirmé, ce mardi 29 mars 2016, lors d’une réunion avec les professionnels son engagement sur cette question.

Mais, avant tout, il faudra obtenir le soutien de l’Etat et des autorisations de la commission européenne. Ces deux points seront sans doute moins difficile à obtenir que ce l'on aurait pu imaginer, la filière banane jouissant, vraisemblablement, d’un élan sympathie auprès du Ministère de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.

Selon Eric De Lucy, le président de l'Union des producteurs de bananes de Guadeloupe et de Martinique Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, très porté sur les questions agroéconomiques s'est rendu compte des efforts fournis par nos bananiers et de leurs excellents résultats.

Ce mardi, ce sont donc des élus et des représentants du secteur convaincus du potentiel de la banane guadeloupéenne, antillaise qui étaient réunis autour d'une table. Le conseil régional se dit engagé sur ce dossier et accompagnera les professionnels coûte que coûte.

Mais, Ary Chalus reste tout de même lucide et espère fortement une participation de l'Etat. Car arriver à cet objectif de 100 000 tonnes de bananes au bout de 4 ans, a un coût, il est environ de 8 millions d’euros.