Le nouveau conseil régional met le cap sur 100 000 tonnes de bananes

Par 30/03/2016 - 15:11 • Mis à jour le 30/03/2016 - 15:11

Quelques mois après l'adoption du projet "Cap 100 000 tonnes de bananes" par l'ancienne équipe régionale, Ary Chalus, le nouveau président de région place ce dispositif au cœur d'une réunion. Elle aura lieu ce mardi 29 mars 2016.

    Le nouveau conseil régional met le cap sur 100 000 tonnes de bananes
Ce mardi 29 mars, la question de l'exportation de la banane de Guadeloupe ou plus précisément le projet "Cap 100 000 tonnes de bananes" sera au cœur d'une discussion.

Cette dernière regroupera autour d'une table Ary Chalus, le président du conseil régional, Eric de Lucy, le président de l'union des groupements de producteurs de bananes de Guadeloupe et de Martinique et une délégation de producteurs de Guadeloupe.

Adopté par la majorité régionale de Victorin Lurel le 19 novembre 2015, "Cap 100 000 tonnes de bananes" a une ambition : donner un nouvel élan à la production guadeloupéenne.

C'est donc dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique économique et agricole que l'actuelle collectivité régionale a fait savoir sa volonté d'accompagner le groupement des producteurs pour atteindre cet objectif.

Dans un communiqué en date de ce lundi 28 mars 2016, la Région a rappelé que ce projet était plus que jamais un créateur d'emplois. "Cap 100 000 tonnes de bananes" permettrait d'installer 40 jeunes producteurs et de créer 500 emplois directs.

Néanmoins, un tel dispositif nécessite quelques ajustements. Actuellement, nos agriculteurs bénéficient de 77 000 tonnes de référence. Ce niveau de production leur permet d'obtenir une aide compensatoire. Mais là où le bas blesse, c'est qu'une fois que la production dépassent cette référence, les producteurs n'obtiennent aucun soutien financier.

Dans cet optique, le conseil régional veut changer la donne. Il souhaite accorder aux producteurs une aide compensatoire de 404€/tonne sur la base d'une production de 23 000 tonnes de bananes supplémentaires entre 2016 et 2020. Pour cela, la collectivité doit présenter à la comission européenne un certain nombre de documents.

Ary Chalus, le président de région rencontrera à Paris Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, de l'Agrolimentaire et de la Fôret en avril. Un rendez-vous s'inscrivant dans le prolongement de la réunion de ce mardi 29 mars.