Le collectif de Patrick Karam porte plainte dans le dossier des sargasses

Par • Mis à jour le 27/09/2018 - 10:44

Le "Collectif contre l'empoisonnement par les sargasses", présidé par Patrick Karam, Guadeloupéen, ancien délégué interministériel à l'outre-mer, président d'honneur du Conseil Représentatif des Français d'outre-mer a mandaté Maitre Bernard Benaiem, avocat à la Cour pour déposer ce jeudi matin une plainte pénale auprès du procureur de la République de Paris qui vise l’État pour mise en danger de la vie d'autrui du fait de ses insuffisances criantes face à l'envahissement des cotes antillaises par les sargasses.

    Le collectif de Patrick Karam porte plainte dans le dossier des sargasses
Patrick Karam, président du "Collectif contre l'empoisonnement par les Sargasses" dénonce un nouveau scandale sanitaire et environnemental majeur à l'instar de celui du Chlordéchone qui pollue durablement les sols et les cotes antillaises, menace les économies déjà fragiles et met en danger des populations. Il s'interroge sur "l'absence criante de réactivité de L’État qui refuse d'assumer ses responsabilité, préférant laisser en première ligne des collectivités exsangues alors que la santé publique relève de son champ de compétence exclusive, et compare avec d'autres crises dans l'hexagone immédiatement prises en charge par les gouvernements de l'époque".
 
Il demande enfin au président de la République en déplacement aux Antilles de faire des annonces fortes et attendues en reconnaissant enfin la responsabilité de l’État, et de "prendre en charge la prévention par la surveillance des eaux territoriales, la mise en place de barrages destinés à empêcher l'échouage sur les côtes, le ramassage sans délai et la mise en sécurité des rivages. Il prévient que l'action judiciaire n'est que le prélude à d'autres actions et met en garde contre l'inertie et la gesticulation qui n'apporteraient pas les réponses attendues par des populations exaspérées."
 
Maitre Bernard Benaiem a pointé le fait que "la prise en charge du problème par l’actuel Gouvernement a été tardive et que son action est singulièrement insuffisante car les sargasses continuent jour après jour à asphyxier les Antilles et à porter atteinte à la santé des populations et à engendrer des pertes économiques importantes".