1000 jours pour avoir des bébés en meilleure santé

Par • Mis à jour le 01/10/2019 - 15:05

Les 1000 premiers jours de vie sont déterminants pour le développement de l'enfant or en Guadeloupe plusieurs facteurs engendrent des fragilités pour les nourrissons. L'Agence régionale de santé a décidé de lancer un grand plan pour un meilleur accompagnement des futures mamans et des familles.

    1000 jours pour avoir des bébés en meilleure santé

La période des 1000 premiers jours débute dès la fécondation (le tout premier jour de la grossesse) et se poursuit jusqu’à l’âge de 2 ans de l’enfant. Cette période est particulièrement sensible pour le développement des enfants car caractérisée à ce stade, la nutrition, la pollution et à d’autres facteurs environnementaux, influencent considérablement la constitution du capital santé de l’enfant pour le reste de sa vie.

Chaque année, 5000 enfants naissent en Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Or la prématurité est de l’ordre de 10% des naissances sur le territoire. Des taux très importants si l’on considère que la prématurité est de 7% en France hexagonale. Cette situation engendre des fragilités pour les nourrissons. Une attention toute particulière doit donc être portée sur les 1000 premiers jours de vie.

Comment expliquer ces chiffres ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette prématurité en Guadeloupe : la jeunesse des mères, les maladies telles que l’obésité, l’hypertension ou le diabète. Les facteurs sociétaux doivent également être pris en compte. La monoparentalité et la précarité peuvent aussi expliquer un accompagnement moins efficient des futures mères pendant leur grossesse.

C’est donc pour lutter contre cet état de fait que l’agence régionale de santé a décidé de s’investir dans une meilleure prise en charge des familles durant cette période sensible des 1000 premiers jours des enfants guadeloupéens. L’accent est mis sur une meilleure formation des professionnels de santé et un accompagnement efficace des familles.

Un meilleur accompagnement sur le plan local

De nombreuses recommandations existent déjà en France pour accompagner le développement du fœtus et de l’enfant dans cette période. Ainsi, une politique publique de prévention coordonnée sur les 1000 premiers jours entre professionnels de santé et professionnels de la petite enfance constitue une solution pertinente pour améliorer les indicateurs de périnatalité et le capital santé des générations actuelles et futures.

Pourtant au vu de la situation dans le département, l’Agence Régionale de santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy a décidé de prendre les devants sur le plan local en lançant la première phase de ce plan des 1000 premiers jours voulu par le gouvernement.

Une conférence pour les professionnels et le grand public

L’agence régionale de santé organise la première conférence régionale sur le sujet. La manifestation se déroulera au CWTC en présence du Professeur Laurent Storme, pédiatre référent national sur les 1000 premiers jours.

Ce vendredi, les discussions seront réservées aux professionnels de santé. La journée de samedi sera consacrée au grand public. Des conférences mais aussi des ateliers seront mis en place autour de plusieurs thématiques telles que l’allaitement maternel, l’alimentation pendant la grossesse et après la naissance de l’enfant et la pratique d’activités pendant la grossesse.

L’Agence régionale de santé a d’ores et déjà annoncé le renouvellement du financement de la Maison de Naissance dont les bénéfices pour les familles ont été prouvés. Des dispositifs pour un meilleur accompagnement de la périnatalité sont également envisagés.

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.