Coronavirus : l'épineuse question du chantier futur CHU

Par 20/03/2020 - 08:25
01/01/2020 - 00:00

Depuis le début du confinement ce mardi, certaines structures publiques ou privées sont autorisées à maintenir leurs activités. Le gouvernement a d'ailleurs défini une liste détaillant les entreprises et structures qui pouvaient continuer à travailler. Seulement voilà, dans certaines sociétés, on ne voit pas ces directives d'un bon œil et beaucoup de salariés préféreraient rester à domicile et éviter d'exposer leur santé et celles de leurs proches. C'est le cas sur le chantier du futur CHU où, la colère gronde.

    Coronavirus : l'épineuse question du chantier futur CHU

Ceux qui sont mobilisés sur la construction du futur hôpital, ne comprennent pas le maintien des travaux alors même que toute la France est à l'arrêt pour cause de pandémie. Depuis les annonces présidentielles, l'économie tourne au ralenti. La fédération régionale du BTP a demandé ce mardi à toutes les entreprises l'interruption totale de tous les chantiers avec un maintien d'une activité réduite sur les sites nécessitant des mesures spécifiques et une astreinte.

Seulement voilà, cette mesure ne semble pas s'appliquer au chantier du futur CHU. Un chantier sensible qui a fait l'objet de nombreuses polémiques avant même l'ouverture des travaux. Sur le site, beaucoup s'inquiètent. D'après nos informations, aucun bilan de santé n'a été demandé aux ouvriers pour évaluer si certains faisaient partie des populations considérées comme le plus à risque face au COVID-19.

Depuis ce lundi, les équipes travaillent donc la peur au ventre d'autant que plusieurs salariés font l'objet d'une suspicion de contamination au coronavirus. Ils craignent pour leur santé mais aussi pour celles de leur proches. Ils sont même une centaine à avoir décidé de déserter leur poste malgré les directives. Un droit de retrait qui selon nos informations, n'aurait pas été accepté par le maître d’œuvre.

Un rapport préconise la suspension du travaux

Des directives qui interpellent d'autant que nous nous sommes procurés un rapport de la coordination de la sécurité et la protection de la santé du chantier qui stipule qu'au vu des conditions sur le site et l'impossibilité pour les ouvriers de respecter tous les gestes barrières préconisés par le gouvernement, les travaux devraient être interrompus.

En effet, sur le chantier, pas assez de gel hydroalcoolique et des ouvriers contraints de pratiquer le covoiturage faute de bus pour se rendre sur les lieux. Par ailleurs, l'absence de très nombreux opérateurs, impacte de fait l'avancement des travaux.

Alors même si la construction du futur CHU est capitale pour la gestion sanitaire en Guadeloupe, pourquoi, dans de telles conditions maintenir à tout prix ce chantier et peut-être mettre en péril, la santé de près de 300 familles, la question se pose aujourd'hui.

Aucun retard possible

Interrogé au sujet du maintien en activité de ce chantier pendant le confinement, le Préfet répond que "dans la guerre qui est menée contre le coronavirus, toute la chaîne logistique doit être opérationnelle sous peine de mettre en danger la vie des Guadeloupéens".

Face à la nécessité impérieuse d'un nouveau CHU en Guadeloupe, selon Philippe Gustin, "tout retard pourra être vraiment dommageable". 

 

 

Le chantier du CHU va donc se poursuivre. Des nouvelles mesures devraient être mises en place pour assurer la sécurité des équipes.

Mais sur le site, les ouvriers, même s'ils sont conscients de l'importance de l'ouvrage pour la santé des Guadeloupéens, craignent le pire.

Tags