Cyrille Guimard : "Pour sauver le cyclisme guadeloupéen, il faut faire le ménage !"

Par 26/05/2016 - 00:23 • Mis à jour le 26/05/2016 - 00:23

Le monde du cyclisme n'est pas rose. Cyrille Guimard en est convaincu. Ce mercredi 25 mai 2016, sur les ondes de RCI Guadeloupe, il a estimé qu'il faut vraiment faire le ménage. Ce n'est pas la première fois qu'il tire la sonnette d'alarme. Le récent rapport de l'Agence de Lutte contre le Dopage apporte de l'eau à son moulin.

    Cyrille Guimard : "Pour sauver le cyclisme guadeloupéen, il faut faire le ménage !"
Après les révélations de ce mardi 24 mai 2016 sur le cyclisme guadeloupéen, certains à l'image de Cyrille Guimard, ex-cycliste et consultant sportif ont une certitude. En Guadeloupe, en ce qui concerne les affaires de dopage une règle prévaut, celle de l'Omerta.

Sur les ondes de RCI Guadeloupe, le consultant a assuré que les informations figurant dans le rapport de l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) ne sont en rien surprenantes.

Surpris, comment Cyrille Guimard aurait pu l'être ? Il y a cinq ans, il avait en effet évoqué les problèmes de dopage dans le royaume de la petite reine. Ce mercredi 25 mai 2016, il n'a pas manqué de le rappeler, en rajoutant une couche. Pour le consultant, cela ne fait aucun doute.Tout un chacun aurait sa part de responsabilité dans cette affaire y compris la sphère politique.

"On sait depuis des années que la Guadeloupe est une plaque tournante du dopage (...) Mais vous savez, il s'est aussi passé des choses sur le dernier tour de Guadeloupe qui auraient aussi mérité un traitement judiciaire différent (...) Rappelez-vous la bagarre avec Turpin, une forme de racket et de chantage".

Avant de poursuivre : "Ce qui m'a étonné après l'affaire Turpin (...) C'est d'avoir vu certains politiques prendre position pour l'agresseur. Et défendre au nom de la Guadeloupe , le cyclisme guadeloupéen alors que c'est exactement l'inverse qui aurait dû être fait par les politiques guadeloupéens. Donc, on était dans une recherche d'image (...) On va intimider également ceux qui veulent parler".

La région guadeloupe a donc invité le Comité Régional de Cyclisme (CRC) "à mener une lutte implacable pour informer, responsabiliser et amorcer un retour aux valeurs sportives qui ont fait la gloire de notre cyclisme".

Pour Ary Chalus, cette lutte semble passer de prime abord par la prévention. Dans les prochaines semaines, les présidents de ligues, de comités et de fédérations sportives de la Guadeloupe devraient donc être réunis. L'idée est de poser les bases d'une réflexion en vue d'une grande campagne de communication en direction des jeunes sportifs.

Mais malgré toutes les bonnes volontés de la collectivité régionale pour faire face au dopage, on ne peut que s'interroger sur les moyens mis à la disposition du CRC.

Ce mercredi encore sur notre antenne, Philibert Mouëza, le président du comité assurait ne pas avoir reçu les éléments de l'enquête de l'AFLD. Néanmoins, les cyclistes cités dans le rapport ne prendront pas le départ du Grand Prix Cycliste Départemental qui débute ce mercredi.

Autant dire que le contexte de cette compétition, s'imposant généralement comme un des terrains de préparation du tour de Guadeloupe n'est pas joli, joli ...


A voir aussi :
Turpin et Ruffine en confrontation
Ludovic Turpin et Joann Ruffine en commission de discipline
Ludovic Turpin relaxé par la Fédération Française de Cyclisme