Des taux d'infection au VIH plus élevés aux Antilles-Guyane

Par • Mis à jour le 24/03/2018 - 17:54

L’opération Sidaction, destinée à financer la recherche contre le sida, organise durant tout le week-end sa collecte de dons annuelle. En France, on estime qu’environ 6000 personnes découvrent leur séropositivité au VIH chaque année. Le Conseil national dédié souligne par ailleurs une transmission plus élevée aux Antilles-Guyane. Un taux de 2 à 8 fois supérieur selon les zones en 2015 par exemple.

    Des taux d'infection au VIH plus élevés aux Antilles-Guyane

Une situation inquiétante selon le communiqué publié au début du mois par le Conseil national du sida et des hépatites virales. Il soulignait que les épidémies infections sexuellement transmissibles, dont le VIH, y demeurent à un niveau d’activité plus élevé que dans l’hexagone et que les populations sont particulièrement exposées au risque, compte tenu de la précarité économique et sociale, du contextes de sexualité peu propices à la prévention et des difficultés d’accès au système de santé tenant à l’insuffisance de l’offre.

Manque de prévention et dépistage

« C’est surtout en Guyane puis dans les Antilles que l’épidémie est à son plus haut niveau» relève l’avis. Même si le rapport enregistre une diminution des taux de découverte depuis dix ans, l’analyse de certains indicateurs confirme un déficit majeur en matière de prévention et de dépistage. Les taux d’infections non diagnostiquées estimées en 2013 en Guyane et en Guadeloupe  étaient aussi les plus élevés de France, respectivement 74 et 26 pour 10.000 habitants contre 6 pour la moyenne nationale.

Des jeunes pas assez sensibilisés

Dans son rapport, le CNS note que les efforts consentis par les pouvoirs publics sont insuffisants. « Les actions de prévention et de dépistage, traditionnellement peu favorisées, doivent être significativement déployées et diversifiées pour mieux répondre aux besoins » ajoute t-il. Les populations jeunes sont trop peu sensibilisées à la sexualité tandis que les étrangers en situation irrégulière, rencontrent de nombreuses difficultés pour l’accès aux soins et donc au dépistage.