Fin du numerus clausus : le doyen de la faculté de médecine de l'UA réagit

Par 19/09/2018 - 06:36 • Mis à jour le 19/09/2018 - 06:36

Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi sa réforme du système de santé. Parmi les mesures phares, la suppression du "numerus clausus".

    Fin du numerus clausus : le doyen de la faculté de médecine de l'UA réagit

Le chef de l’Etat  a livré hier les contours de la future réforme du système de santé. Emmanuel Macron a notamment confirmé la suppression du numerus clausus pour les étudiants en faculté de médecine et la mise en place d’un dispositif alternatif de formation et de sélection aux professions de santé.

Ce nouveau système pourrait s’appliquer d’ici la rentrée 2020. Si des points restent à définir et à trancher, la réforme est perçue positivement par le monde de la santé. C'est en tout cas la solution prôné par le gouvernement pour réduire les déserts médicaux et aussi augmenter du nombre de spécialistes. Deux problématiques qui touchent particulièrement notre territoire.

Une décision qui convient à Raymond CESAIRE, doyen de la faculté de médecine à l’Université des Antilles, et qui explique pourquoi, au téléphone de Richard GARNIER.