L’ARS lance un programme innovant pour lutter contre l’obésité des adolescents

Par • Mis à jour le 25/01/2020 - 09:03

PRALIMAP-INES (PRomotion de l’ALImentation et de l’Activité Physique – INégalités de Santé) a pour objectif de réduire le niveau de surcharge pondérale et la prévalence du surpoids et de l’obésité des adolescents. L'adolescence est considérée comme une phase cruciale du cycle de vie. Il est indispensable de prévenir le développement et la persistance de l'obésité. Ce dispositif est inédit par son ampleur.

    L’ARS lance un programme innovant pour lutter contre l’obésité des adolescents
Illustration

Ce dispositif doit permettre d’accompagner les adolescents dans l’amélioration de leurs comportements, de les inciter à la pratique d’activité physique, les aider à changer leurs habitudes alimentaires et renforcer leurs compétences psychosociales.

Une expérimentation inédite 

Il est inédit notamment en raison de l’ampleur de l’expérimentation. Elle touchera en effet l’ensemble des élèves de 4ème des collèges publics de l’Archipel et des Îles du Nord et elle s’étendra sur une période de 4 ans. L’idée est d’être au plus près du public cible et de proposer aux adolescents un dépistage structuré du surpoids et de l’obésité directement dans leur milieu scolaire.

Les élèves qui vont intégrer le programme vont bénéficier d’un double accompagnement pour assurer un suivi optimal au long-court en milieu scolaire tout d’abord, mais également via le système de soins ambulatoires et hospitaliers.

Ainsi ils participeront à des séances collectives d’éducation thérapeutique animées par une équipe mobile et le parcours de chaque adolescent sera travaillé avec les acteurs de la filière des maladies métaboliques lors de concertation pluridisciplinaires (RCP).

Le Plan Régional de Santé II

Le programme PRALIMAP-INES s’inscrit dans le cadre du Plan Régional de Santé II de l’ARS Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy dont l’enjeu phare, est de lutter contre les inégalités sociales. Les études prouvent en effet une relation inverse entre le revenu et la prévalence de l'obésité. En France, les dernières données de l’étude INCA montrent que la prévalence moyenne de l'obésité de 17% s'élève à 24% chez les personnes appartenant à la catégorie des revenus les plus faibles.

L’objectif de PRALIMAP INES est donc capital car en agissant sur la morbidité et les conséquences associées à l’obésité, le dispositif aura un impact sur les dépenses de santé.

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.