Le CHU sera « partiellement délocalisé »

Par • Mis à jour le 07/03/2018 - 18:03

Le CHU sera « partiellement délocalisé ». Voilà ce qu’a annoncé Josette Borel Lincertin, la présidente du conseil de surveillance du CHU, à l’issue du conseil de surveillance qui s'est tenu à l'hôpital Ricou ce mercredi matin.

    Le CHU sera « partiellement délocalisé »

« Nous avons décidé de délocaliser partiellement », a annoncé Josette Borel Lincertin. « Certains services, qui seront définis avec les médecins et avec la direction de l’hôpital, seront délocalisés sur la partie qui était déjà réservée à la gériatrie à Palais Royal, sur Capesterre-Belle-Eau ou sur Choisy ».

Le conseil de surveillance n’a qu’un avis consultatif mais il était assez exceptionnel par sa composition ce mercredi : le préfet Eric Maire était présent, tout comme Gilles Bazir, le chef du SDIS, ou le maire de Pointe à Pitre, Jacques Bangou. Des représentants du CHSCT, des usagers, du personnel, et des membres du collectif de défense étaient aussi présents.

Le Préfet veut de la transparence

Eric Maire, le préfet de la Guadeloupe, invité par Josette Borel Lincertin, intervenait dans son domaine de compétence, « les conditions de sécurité qui permettront la réintégration dans les services du CHU notamment la sécurité incendie ». Mais le représentant de l’Etat en Guadeloupe a tout de même évoqué la question de la transparence dans ce dossier : « d’une manière générale je me suis permis de conseiller la plus grande transparence, transparence sur les difficultés réelles il ne faut pas les cacher, que ce soit vis-à-vis du personnel, bien évidemment, mais aussi vis-à-vis du public ».

Une bouffée d'oxygène

Le docteur Mona Hedreville, porte parole du collectif de défense du CHU, attend que les orientations données mercredi matin soient suivies : « il y a une petite bouffée d’oxygène parce qu’on a été entendu » mais « il n’y a rien eu de signé », explique-t-elle. Par ailleurs, Mona Hedreville demande depuis le début une « délocalisation totale », et non partielle du CHU pendant des « travaux de nettoyage et de remise aux normes ».

Pas de réaction côté direction

La direction du CHU n’a pas souhaité s’exprimer à l’issue du conseil de surveillance. Une réunion est prévue vendredi matin à l’ARS.