Le directeur général de Santé Publique France est en Guadeloupe

Par 12/07/2018 - 19:39 • Mis à jour le 12/07/2018 - 19:39

Il est venu présenter aux acteurs de terrain, en Martinique puis ce jeudi en Guadeloupe, les résultats d’une étude sur la chlordécone. L’étude Kannari a été réalisée en 2014. Elle devait mesurer l’imprégnation de la population antillaise à la chlordécone, perturbateur endocrinien.

    Le directeur général de Santé Publique France est en Guadeloupe

François Bourdillon, directeur général de Santé Publique France est en visite en Guadeloupe, il est revenu sur les résultats de cette étude "Kannari" réalisée en 2014 et concernant le chlordécone. D'autres résultats notamment sur le cancer de la prostate sont à venir.

90% de la population concernée 

Il faut savoir que 90 % de la population antillaise a été exposée à un moment ou un autre à la chlordécone. Et 5% présentent des taux élevés : le plus souvent des pêcheurs ou des habitants de la Basse-Terre. C’est ce qui ressort de l’étude "Kannari", présentée aux acteurs de terrain par le directeur général de Santé Publique France. Avant la Guadeloupe, il avait assisté à un comité de pilotage en Martinique.

L’étude a été réalisée en 2014. Elle devait mesurer l’imprégnation de la population antillaise à la chlordécone, perturbateur endocrinien. Au siège de l’ARS aux Abymes, François Bourdillon, est revenu sur l’impact des taux élevé de chlordécone sur la santé, un impact encore inconnu :

 

Et concernant l'impact sur les cancers de la prostate :