Le judo local est-il en capacité de produire un autre Riner ?

Par 29/08/2016 - 19:19 • Mis à jour le 29/08/2016 - 19:19

Le judo guadeloupéen peut-il fabriquer un champion de l'étoffe de Teddy Riner, le double champion olympique de la discipline. La question agite le monde du sport. Le judoka, lui, a annoncé qu'il entend bien s'investir et investir en Guadeloupe.

    Le judo local est-il en capacité de produire un autre Riner ?
C'est incontestable, le judoka Teddy Riner est une véritable icône et un modèle pour la jeunesse guadeloupéenne, en perpétuelle quête de repères. En témoigne, l'accueil populaire qui lui a été réservé, samedi 27 août 2016, à l'aéroport Pôle Caraïbes.

L'octuple champion du monde et le désormais double champion olympique de judo est également devenu une marque depuis Rio 2016. Il faut dire que le colosse de 131 kilos crée l'attraction bien plus que sa discipline.

D'ailleurs, à en croire certains observateurs, la ligue de judo guadeloupéenne a été mise hors jeu lors de son récent déplacement dans notre archipel.

Quoi qu'il en soit, les 3800 licenciés de Guadeloupe veulent tous devenir des Riner.

Alors pour ces mêmes observateurs, au-delà de la politique de Jacky Noc, le président de la ligue de judo, il faut une vraie prise de conscience de la classe politique. Cette dernière doit coûte que coûte comprendre l'enjeu sociétal du sport.

Image retirée. Les Guadeloupéens venus en nombre accueillir Teddy Riner à l'aéroport Pôle Caraïbes, après sa victoire olympique à Rio. © Jude Sahaï/RCI.
Certes, les phénomènes comme Teddy Riner sont rares. Cependant, en Guadeloupe, terre de champion il se pourrait qu'une jeune pousse est tout autant de capacités.

Mais voilà, il y a un hic voire plusieurs obstacles à surmonter pour développer ce sport. Notre département ne possède pas de dojo régional. Les sept judokas de haut niveau de l'archipel ont dû s'en aller. Pour couronner le tout, la discipline vit dans une précarité sans précédent.

Teddy Riner veut s'investir et investir en Guadeloupe. Néanmoins, au regard de ses ambitions, le judoka ne pourra venir qu'épisodiquement dans le département, les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo (Japon) étant un de ses grands objectifs.

Pour l'heure, la ligue de judo ne s'estimerait pas en mesure d'exiger quoi que ce soit de la star du tatami. Elle préfèrerait lui laisser prendre conscience des difficultés présentes en Guadeloupe.

Animé par une conscience guadeloupéenne, Teddy Riner pourrait toutefois réussir là où d'autres ont échoué, et obtenir des infrastuctures dignes de ce nom pour son île.