Les urgences de retour au CHU dans 15 jours ?

Par • Mis à jour le 08/12/2017 - 11:39

Alors que depuis 10 jours, suite à l'incendie, la situation est très tendue pour les personnels médicaux et les patients, soignés aux Eaux Claires pour les urgences critiques, ou à l'ESCRIM pour les cas moins graves, « la priorité » pour la direction du CHU, c’est « dans les 15 jours avoir remis en place tout notre plateau technique y compris les urgences », indique le directeur du CHU Pierre Thépot.

    Les urgences de retour au CHU dans 15 jours ?

« La priorité » pour la direction du CHU, c’est, « dans les 15 jours avoir remis en place tout notre plateau technique y compris les urgences ». Ce qui signifie que d’ici la fin de l’année, le CHU espère voir réintégré dans ses murs l’ensemble des urgences. Des urgences qui pourraient être installées, c’est le scénario privilégié mais pas encore acté, au rez-de-chaussée de la maternité, locaux qui n’ont "pas été trop impactés".

Aujourd’hui pour les urgences, la situation ne convient pas, reconnaît la direction car les équipes sont réparties entre l’ESCRIM et la clinique des Eaux Claires. L’organisation n’est pas la même, les capacités en terme de place non plus, sans compter les problèmes de coupures d’eau qui ont affecté la clinique des eaux claires mardi et encore jeudi ! La clinique accueille les urgences dites critiques alors que l’ESCRIM ne sert qu’à la « bobologie » dénoncent les syndicats.

"2 bonnes nouvelles"

Il y a 2 bonnes nouvelles selon la direction du CHU « 2 salles d’opération pas trop affectées vont pouvoir redémarrer d’ici une quinzaine de jours, au CHU, quand le laboratoire sera fonctionnel » selon le directeur Pierre Thépot. Et « selon toute vraisemblance mais avec des délais d’un à deux mois, l’activité programmée, à l’exception de 3 salles, devrait pouvoir redémarrer ». Ce sont toutes les opérations que l’on peut prévoir à l’avance.

« La salle de coronographie est de nouveau fonctionnelle ». Le service d’imagerie et d’IRM a rouvert dans la tour nord, qui devrait être "totalement réinvestie" dès ce soir, avec une configuration révisée.

- RDC : Court séjour gériatrique (8 lits) et post-urgence à partir de demain (15 lits) ; Pneumologie-lutte antituberculeuse (6 lits), Cardiologie-USIC (12 lits),

- 1er étage : néphrologie (16 lits) sauf hémodialyse en attente des derniers contrôles, Pédiatrie et chirurgie pédiatrique (12 lits),

- 2ème étage Gastro-endoscopies (10 lits), médecine polyvalente (17 lits), Neurologie-soins intensifs neuro (15 lits). Le site de Thrombolyse reste encore la clinique des Eaux-Claires pour le moment.

 

La maternité à la polyclinique ?

Concernant la maternité et l' obstétrique, une convention est en cours d‘élaboration. Il s’agirait pour le CHU de transférer ces activités en un site unique, à la Polyclinique. La Polyclinique qui doit évoquer ce soir en assemblée générale l’avenir de sa propre maternité menacée de fermeture avant cet incendie.

 

Pas de "prise de risque" en ce moment!

Le CHU en appelle à la « responsabilité de chacun » pour aider au « dispositif exceptionnel », mis en place après l'incendie au chu. Le communiqué diffusé jeudi après midi demande à « l’ensemble de la population » d’avoir « un comportement adapté en matière de prise de risque » et dénonce les « tensions supplémentaires » provoquées par « l’engorgement des urgences, les opérations escargots, les rixes, les comportements routiers dangereux, les agressions aux armes blanches ».

Un dispositif de prévention devrait aussi voir le jour dans quelques jours informe l’ARS. Objectif : expliquer à la population qu’elle n’a pas intérêt à adopter des conduites à risques en ce moment et notamment à l’approche des fêtes, période durant lesquelles, de façon générale, il y a de nombreux passages aux urgences.