Changer d'île

Plage de Galbas: des tas de sargasses pas ramassés depuis deux mois

Par Stéphanie Sérac / RCI.FM / 11/09/2019 - 18:56

A quelques semaines de la Sarg'Expo, un focus sur le ramassage des sargasses en Guadeloupe. Si sur les 13 sites d'échouages récurrents avec enjeux sanitaires, une grande partie des communes impactées ont fait des démarches auprès de l'Etat pour acheter du matériel de ramassage, il reste des zones non ramassées durant des semaines entières comme ici à Sainte-Anne.

Sur la plage de Galbas, à Sainte-Anne, depuis deux mois et demi, les sargasses s'accumulent. Résultat: des tas de 3 voire 4mètres et des riverains qui se sentent abandonnés car d'autres plages plus en vue, elles, sont nettoyées. Kenny Hauterville, un riverain, a passé tout le mois de juillet et d'août à prendre des photos au jour le jour des arrivages. Nous l'avons rencontré ce mercredi matin. il est au micro de Stéphanie Sérac 

Pour sa part, la mairie de Sainte-Anne, indique que l'Etat ne rembourse plus les ramassages effectués par des sociétés privées pour le compte de la collectivité depuis le début de l'année. Ainsi, toutes les opérations menées par ce biais sont financées par la commune elle-même. De source proche du dossier, on nous explique que l'ardoise est de 500 000 euros pour la commune de Sainte-Anne depuis le début 2019 et que l'accent a été davantage mis sur les plages les plus fréquentées. Au niveau de la Préfecture, Jean-Michel Jumez, le Sous-Préfêt de Pointe-à-Pitre, affirme en clair que l'Etat ne peut pas payer deux fois, en continuant de rembourser les ramassages effectués par des privés tout en ayant financé à plus de trois millions d'euros l'achat de matériels censés aider les communes. 

L'Etat a donc financé des kits qui à son sens devraient suffire. Sauf que sur le terrain,  le Directeur des Services Techniques de la Ville de Sainte-Anne, Gary Pisiou, en direct par téléphone dans l'émission de libre-antenne "Au Coeur de la vie, au coeur de l'actu", rappelle qu'il y a également un problème d'accessibilité de la plage de Galbas. Le matériel financé par l'Etat ne serait pas suffisant. 

Le Directeur des Services Techniques a toutefois annoncé que d'ici quelques jours, les montagnes de sargasses de la plage de Galbas seraient ramassées. A souligner que selon la Préfecture, en 2018, huit communes et intercommunalités (dont la Carl, à laquelle appartient Sainte-Anne) ont fait le choix de faire financer du matériel de kit sargasses et 10 en 2019 (dont Sainte-Anne fait partie). Le directeur des Services Techniques a indiqué qu'un plan de gestion devrait permettre à Sainte-Anne d'obtenir un matériel plus adapté  tel un équipement à chenilles. A savoir si l'utilisation de celui-ci ne posera pas encore une autre question: la sauvegarde du site, déjà abîmé par l'érosion et l'enlèvement de sable dû à l'enlèvement des sargasses. Une situation qui inquiète encore le voisinage. Certains riverains mettent en doute les choix faits par les collectivités et l'Etat en terme de sauvegarde du littoral. A rappeler que la dégradation de ces algues brunes provoquent des émanations d'hydrogène sulfuré et d'ammoniac. 

A lire également

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.