Crise sociale : des violents affrontements en région pointoise

Par 20/01/2022 - 18:14 • Mis à jour le 20/01/2022 - 18:12

Le retour des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. C'est désormais la tournure qu'a pris la grève générale déclenchée ce jeudi matin. Alors que la matinée s'était traduite par des manifestations pacifiques et calmes contre l'obligation vaccinale, depuis le début de l'après-midi, les choses ont pris une autre tournure. Les autorités demandent d'éviter le secteur pour l'instant.

    Crise sociale : des violents affrontements en région pointoise
image réseaux sociaux

Tout à commencé peu avant 14h, lorsqu'un premier barrage enflammé était entreposé route des Abymes, non loin du KFC et du Mac Donald. Les forces de l'ordre ont dû user de gaz lacrymogène et chargeaient. La mèche était ainsi rallumée. Dans un communiqué, l'UTC-UGTG condamnait, “toute forme de répression que subissent ses militants, depuis quelques temps, dans le cadre de leurs revendications. La seule réponse apportée par l’État est la violence envers les Travailleurs et le peuple guadeloupéen” fin de communiqué.

A partir de ce moment là, le jeu du chat et de la souris se déplaçait. Vers Vieux-Bourg-Abymes. Il était 15h15. Après le pont du rond Point-Hibiscus, feux de pneus, de poubelles, carcasses de voitures incendiées, jonchaient la chaussée. Puis, vers 16h, le boulevard Légitimus à Pointe-à-Pitre. En tous ces points-chauds, les gendarmes-mobiles étaient déployés. Jusqu'à Chauvel, aux Abymes. Un temps, la circulation était même interrompu sur la Rocade, dans les deux sens, notamment en direction du Gosier.

En contre bas du rond point, des barrages de pneus enflammés étaient érigés. Vers 17h30, un gendarme-mobile a été touché par balle à la cuisse, selon nos informations, le projectile est ressorti et les jours du militaire ne semblent pas en danger. Alors que la nuit tombe, on peut désormais légitimement supposer que ces affrontements vont encore se poursuivre.

 

 

Tags