Le chômage stagne pour le premier trimestre 2018 en Guadeloupe

Par • Mis à jour le 26/04/2018 - 08:43

L’année 2018 a débuté avec une moyenne de 56 100 demandeurs d’emploi en Guadeloupe de la catégorie A pour le premier trimestre. Les derniers chiffres de la DIECCTE (Direction Régionale des Entreprises de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) et le Pôle Emploi évoluent peu en comparaison avec le trimestre précédent et sur un an. Le nombre de demandeurs de 50 ans et plus augmentent plus que les autres catégories.

    Le chômage stagne pour le premier trimestre 2018 en Guadeloupe

La situation du chômage n’a pas beaucoup évolué en ce début d’année 2018. Selon les derniers chiffres, la moyenne de demandeurs d’emploi baisse de 0,6% par rapport au trimestre précédent. Cela représente 360 personnes de moins, inscrites. Cette moyenne s’établit par conséquent à 56 100 pour les demandeurs d’emploi de la catégorie A. Il s’agit des demandeurs sans activité et tenue de recherche un emploi. Si on compare ces chiffres avec le premier trimestre 2017, on constate une progression du nombre d’inscrits de 0,5%.

Toutes catégories confondues (A, B et C), les personnes inscrites au Pôle Emploi ayant ou non exercées une activité lors de ce premier trimestre 2018 étaient en moyenne 65 640. En comparaison avec le trimestre précédent (fin 2017), on comptabilise 150 personnes de moins inscrites. C’est une petite baisse de 0,2%. Toutefois sur un an, le nombre d’inscrits au Pôle Emploi est plus important. Ce qui représente une progression de 1,7%.

 

Chômage et inégalités.

Toutefois, on notera aussi que la situation évoluent aussi au sein mêmes des différentes catégories sociales. En comptabilisant l’ensemble des demandeurs A, B et C, on constate que sur le premier trimestre 2018, les jeunes de moins de 25 ans sont moins nombreux sur les listes des demandeurs d’emploi (-2,6%) . Par contre, le nombre de plus de 50 ans et plus augmente (1,2%). Les femmes sont toujours aussi nombreuses à pointer au Pôle Emploi. En un an, leur nombre progresse de 2,5%, alors que dans le même temps, le nombre d’inscrits chez les hommes augmente aussi mais pas dans la même proportion (0,8%).