Des résidents du Lamentin envahis par des détritus

Par 26/04/2022 - 10:24 • Mis à jour le 26/04/2022 - 10:21

Les habitants de la résidence Les Clémentines au Lamentin en ont ras-le-bol. Depuis plusieurs années les déchets s’accumulent régulièrement aux abords des espaces poubelles de la résidence. Si bien que les détritus encombrent même parfois les rues.

    Des résidents du Lamentin envahis par des détritus
Les abords de la résidences Les Clémentines au Lamentin ont des allures de décharge sauvage

Depuis plusieurs années les déchets s’entassent au niveau des espaces poubelles de la résidence. Les animaux errants ou nuisibles et l’odeur nauséabonde sont autant de désagréments auxquels les résidents doivent faire face au quotidien et ils en ont assez. Ils tentent d’interpeller la mairie, la communauté d’agglomération et la Sig, le bailleur : 

Ça fait sept ans que cela dure, vu que nous avions fait une première demande et nous sommes encore dans cette merde-là. Excusez moi l'expression mais c'est une merde, ça n'a pas d'autre nom. Nous avons appelé, nous avons appelé la CANBT (Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre ndlr), nous avons appelé le maire, nous avons envoyé des photos et des vidéos et rien ne bouge. Nous avons constaté quand même qu'ils ont fait un petit geste. Ils ont rempli les autres zones de contenants et nous, nous sommes restés avec trois contenants pour au moins, je ne sais même pas, 40 bâtiments. 

DECHARGE SAUVAGE LES CLEMENTINES 2
Des amas de détritus en tous genres, au pied des bâtiments 

Cette autre riveraine, dont l'appartement donne sur les poubelles, vit un enfer : 

C'est l'humiliation totale. Il est quasiment impossible que j'invite des gens chez moi parce que je peux vous emmener à la barrière, là où moi j'habite. Quand j'ouvre ma porte, j'ai la poubelle en face de moi. Je ne peux pas comprendre que moi, j'achète des poubelles. J'habite en face, je fais ce qu'il faut faire et que d'autres personnes viennent et soit n'attachent pas la poubelle ou encore il y en a qui déversent comme ça. C'est pas seulement pour un problème d'incivilité, mais c'est aussi un problème de responsabilité. 

De son coté, la CANBT se défend et dit avoir pris un certain nombre de dispositions pour améliorer le cadre de vie des résidents. Même si cela ne suffit pas pour l'instant, concède Thelya Brudey, chargée de la collecte des déchets à la CANBT :

On demande à la SIG, qui est le bailleur social, de mettre aux normes les locaux et de les sécuriser pour qu'on puisse doter en bacs les résidents, mais il faut aussi éviter tout ce qui est vol, tout ce qui est incendie de bacs puisqu'on se retrouve souvent face à ce genre de situation, d'où parfois ces plaintes concernant le nombre de bacs mis à disposition. Il faut savoir que c'est renouvelé régulièrement par la CANBT mais sans mise en sécurisation de ces bacs, pour la CANBT, et par ricochet pour les habitants qui payent des taxes, c'est un puits sans fond, donc il faut qu'on trouve des solutions. C'est un effort de tous. C'est aussi un effort des citoyens pour respecter les équipements qui sont mis à leur disposition. 

DECHARGE SAUVAGE LES CLEMENTINES
Le nombre de bacs d'ordures attribués par la CANBT serait insuffisant selon certains riverains 

Un amoncellement de déchets à ciel ouvert qui pose aussi la question de la répartition du nombre de bacs en fonction du nombre de résidents. Thelya Brudey, chargée de la collecte des déchets à la CANBT : 

Quand on parle du manque de bacs , il faut savoir que dans ces résidences, il y a plusieurs points de collecte qui sont dotés en bacs en fonction du nombre de logements desservis. Et aujourd'hui, le dimensionnement de la CANBT est d'un bac pour douze logements. Il faut savoir aussi que ce secteur dispose de dispositifs de tri. Des bornes d'apport volontaire sont mis à disposition des résidents. Pour autant, on constate que aujourd'hui, ça ne suffit pas. Je lance un appel aux résidents de ce secteur- là et notamment la résidence composée de maisons mitoyennes à faire leur demande en ligne auprès de la CANBT pour être dotés en bacs et pouvoir gérer leurs déchets de façon individuelle

Contactée par nos soins, la SIG, société immobilière de Guadeloupe, n'a pas souhaité réagir pour l'instant.

 

 

Tags