La qualité de l'air au niveau rouge

Par • Mis à jour le 17/04/2015 - 17:35

Une concentration de polluants dans l’atmosphère induit un niveau rouge pour la journée du vendredi 17 avril 2015.

    La qualité de l'air au niveau rouge
Mis à jour le 17/04/2015 à 15h32


Des particules fines dans l’air ? Cela ne représente rien d’inhabituel. Toutefois, le 16 avril à 12 heures le seuil d’alerte est dépassé pour l’ensemble de cette journée. Un phénomène dû au renforcement des brumes de sables sur notre département. Le constat est établi par GWAD'AIR, l’association agréée de surveillance de la qualité de l’air.

L’humain en cause

Combustion d’énergie fossile, moyens de transport, activités industrielles sont aussi des phénomènes participant à l’augmentation des polluants. De ce fait, il est recommandé de mettre un frein à certaines activités pour le vendredi 17 avril. Et de changer les bonnes vieilles habitudes. Privilégier le covoiturage, les transports en commun, et le vélo. Eviter les barbecues et le brûlage des déchets à l’air libre.

Le phénomène El Niño a t-il un lien avec la situation d’aujourd’hui ?

Le phénomène El Niño touche la totalité de la planète. C'est un phénomène climatique se traduisant par une hausse des température de l'eau. On lui associe aussi des troubles atmosphériques.Toutefois, "Si El Niño fait partie des phénomènes climatiques importants qui peuvent influer sur certains paramètres, il n'est pas prouvé de manière aussi directe que celui-ci soit responsable de l’augmentation des brumes de sable sahariennes", a indiqué Stéphane Gandar, Directeur de GWAD'AIR. "Par ailleurs, ces brumes de sable sont fréquentes durant la période de mars à septembre et sont surtout influencées par les flux d'alizés d'Est qui ramènent ces brumes dans notre région", a t-il précisé. En outre, il est prévu que cette alerte rouge perdure samedi 18 avril.


Quelques recommandations sanitaires

Aux catégories de la population particulièrement vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, asthmatiques) et sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou s’accroissent lors des pics) - Éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe.

- Éviter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur
- Reporter les activités qui demandent plus d’effort.
- En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations…) prendre conseil auprès de son pharmacien ou consulter son médecin ou contacter la permanence sanitaire locale
- Privilégier les sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort
- Prendre conseil auprès de son médecin pour savoir si son traitement médical doit être adapté le cas échéant.


Anaëlle Edom