La ville de Capesterre-Belle-Eau part en croisade contre le Siaeag

Par • Mis à jour le 26/09/2016 - 16:41

La majorité municipale de Capesterre-Belle-Eau exige la restitution de deux unités de production et de captages, situés sur son territoire. Aujourd'hui, ces unités sont exploitées par le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de la Guadeloupe (Siaeag). Il s'agit là d'une requête de longue date. Pour se faire entendre une fois de plus, elle invite les Capesterriens à descendre dans les rues mercredi 28 septembre 2016.

    La ville de Capesterre-Belle-Eau part en croisade contre le Siaeag
Joël Beaugendre et la municipalité de Capesterre-Belle-Eau réclament la restitution des unités de production, des captages de Belle-Eau-Cadot et de la Digue.

Actuellement, ces unités sont exploitées par le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de la Guadeloupe (Siaeag). L'eau est, ensuite, revendue à la Communauté d'agglomération grand sud Caraïbes, avant d'être facturer aux Capesterriens.

Pour Jean-Yves Ramassamy, le premier adjoint au maire de Capesterre-Belle-Eau cette requête ne date pas d'hier. Il y a urgence. D'autant plus que dans la commune, la distribution de l'eau est altérée voire inexistante dans certains secteurs.

"De 2014 à 2016, il y a eu plusieurs courriers du préfet, des préfets qui sont passés, pour demander au Siaeag de mettre en place les mesures pour restituer à Capesterre-Belle-Eau ses biens", a expliqué Jean-Yves Ramassamy, sur les ondes de RCI Guadeloupe, ce lundi 26 septembre 2016.

L'élu s'insurge, également, en faux contre des déclarations qu'il attribue au président du Siaeag, Laurent Bernier.

"Nous avons des interprétations, des mensonges du président. Il dit que 560 000 mètres cube d'eau sont livrés chaque mois. Sur son compteur c'est peut-être écrit 560 000 mètres cube d'eau, mais, il y a plus de 70% de la population capesterrienne qui n'en profite pas".

Après l'échec des négociations avec le Siaeag et les démarches entamées auprès de la préfecture, la majorité municipale appelle la population à se mobiliser, mercredi 28 septembre 2016, dans les rues de la commune. "Une action forte" pour se faire entendre une fois de plus.