Le Parc National de Guadeloupe lauréat de la Liste Verte de l'UICN

Par • Mis à jour le 29/11/2018 - 11:55

L’UICN, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, a annoncé l’inscription de dix sites naturels français sur sa Liste verte des aires protégées. Parmi ces dix sites, on retrouve le Parc National de la Guadeloupe.

    Le Parc National de Guadeloupe lauréat de la Liste Verte de l'UICN

A l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP14) qui se tient actuellement en Égypte, l’UICN, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, a annoncé l’inscription de dix sites naturels français sur sa Liste verte des aires protégées. Parmi ces dix sites, on retrouve le Parc National de la Guadeloupe.

Au total, cette liste compte 10 lauréats répartis sur l’ensemble du territoire français : l’Espace naturel sensible du Marais d’Episy (Département de Seine-et-Marne), le Parc national de Guadeloupe, le Parc national des Pyrénées, le Parc naturel marin d’Iroise, la Réserve naturelle nationale de Cerbères-Banyuls, la Réserve Biologique Intégrale Bois du Loc’h, le Parc marin de la Côte bleue, la Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage d’Orlu, la Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises et le Parc naturel régional des Vosges du Nord.

La France est aujourd’hui le pays qui compte le plus de sites naturels protégés avec cette certification mondiale, récompensant une gestion efficace.

 

Candidature de la France UICN

 

Un héritage français

 

La présence française au sein de l’UICN est le fruit d’une politique menée depuis des années.

Le Comité français de l’UICN a toujours pris une part active dans le développement de la Liste verte depuis son lancement en 2014.

Un groupe d’experts présidé par Jean-Philippe Siblet, Directeur de l’expertise au Muséum national d’Histoire naturelle, a ainsi été mis en place pour promouvoir la Liste verte en France, assurer l’accompagnement de candidatures et contribuer à leur évaluation.

Le comité français œuvre pour un certain équilibre au sein des candidatures qu’il veut représentatives de la diversité du pays et de la pluralité des outils de protection.

Le groupe a tenu par ailleurs à l’équilibre entre les écosystèmes terrestres et marins, de plaine et de montagne, en métropole comme en outre-mer.

 

Une reconnaissance internationale

 

Le classement du Parc National de Guadeloupe dans la liste des aires protégées constitue une reconnaissance internationale de la qualité de sa gestion.  Le Parc fera désormais figure de modèle pour d’autres aires protégées.

Le label a également été attribué à des aires protégées en Italie, Espagne, Australie, Chine, Corée du Sud, Kenya, Égypte, Jordanie, Liban, Mexique, Pérou, Colombie et aux Emirats arabes unis. La Liste verte de l’UICN comporte actuellement 39 sites.

250 autres sites se sont engagés à atteindre le niveau d’exigence de la liste verte dans les prochaines années.

Les sites naturels lauréats, s’engage à les accompagner dans la réussite de ce projet.

La liste verte réunit en effet une communauté d’experts et de gestionnaires soucieux d’améliorer les performances de l’ensemble des aires protégées.

Le Comité français de l’UICN, avec l’appui du Ministère des affaires étrangères, a mis en place cette année un réseau francophone de la Liste verte, dont le lancement officiel est intervenu à l’occasion de la célébration des lauréats 2018. Ce réseau accompagnera le développement de la liste verte dans les pays francophones. Il compte aujourd’hui 72 membres répartis dans 17 pays.

La Liste verte de l’UICN permet également de mesurer les avancées vers la réalisation de l’Objectif 11 d’Aichi pour la biodiversité des Nations Unies. Ce dernier comporte un engagement des Etats en termes de superficie d’aires protégées (17% des zones terrestres et 10% des zones marines) et un engagement pour qu’elles soient efficacement conservées et équitablement gérées d’ici à 2020.