Mieux consommer, une priorité pour de nombreux guadeloupéens

Par • Mis à jour le 26/02/2019 - 07:12

L’agriculture durable fait de plus en plus d’émules en Guadeloupe. Un public soucieux des problématiques environnementales prégnantes en Guadeloupe, qui souhaite avoir une consommation plus responsable.

    Mieux consommer, une priorité pour de nombreux guadeloupéens

L’agriculture durable fait de plus en plus d’émules en Guadeloupe. Un public soucieux des problématiques environnementales prégnantes en Guadeloupe, qui souhaite avoir une consommation plus responsable.

Les questions de la contamination des sols au chloredecone et de l'utilisation des pesticides interpellent de nombreux guadeloupéens préoccupés par leur santé. Des consommateurs qui veulent désormais être au fait de ce qui se trouve dans leur assiette.

 

Des rencontres entre professionnels et consommateurs

 

Ce lundi soir, ils étaient nombreux à se réunir à la salle Gilles Floro à Gourbeyre pour assister à une soirée ciné-débat. Experts, professionnels du secteur mais aussi consommateurs avertis ou pas, avaient fait le déplacement.

Cette manifestation est la première d’un cycle de deux rencontres organisée par l’association Dot Soley. Une nouvelle soirée doit également se tenir ce jeudi au ciné-théâtre du Lamentin. 4 films caribéens de Cuba, République Dominicaine, Haïti et Guadeloupe ont été projetés ce lundi soir à la salle Gilles Floro. Les thématiques telles que l’agriculture biologique, l’agroécologie, l’agroforesterie, la vente directe et la mise en place d’AMAP étaient mises à l’honneur.

 

Des modèles caribéens 

 

Une projection suivie par un débat de 3 heures au sujet de l’avenir de la production locale. Les participants ont également pu se pencher sur les projets menés sur le sujet dans d'autres contrées de la Caraïbe. 

L’association Dot Soley présente aussi cette semaine un reportage photo exposant les pratiques existantes en Guadeloupe, et une dégustation de produits du terroir issus de l'agriculture durable.

Ces manifestations ont pour but de mettre en contact le grand public avec des spécialistes et ainsi d'expliciter ces différents domaines, souvent méconnus ou mal compris par les consommateurs non avertis.

Une priorité compte tenu de l’ampleur des importations sous nos latitudes et des risques sanitaires.