« Pas plus de 10 enfants » à la MAM : le « cri d’alarme » de professionnelles

Par 04/06/2020 - 09:34
01/01/2020 - 00:00

Des assistantes maternelles lancent un appel à l’aide et font part de leur incompréhension. Alors que pendant le confinement celles qui exercent à domicile avaient la possibilité d’accueillir plus d’enfants (6 au lieu de 4), celles qui exercent en structure (MAM, maison d'assistantes maternelles) se voient contraintes de réduire leur activité, même après le déconfinement, avec un nombre d’enfants limité à 10, contrairement à d'autres types de structures. Des professionnelles dénoncent un impact conséquent sur leurs revenus et des conséquences pour les parents qui ont dû reprendre le travail, sans véritable solution de garde.

    « Pas plus de 10 enfants » à la MAM : le « cri d’alarme » de professionnelles

Un jardin, une terrasse, une salle de jeux et deux dortoirs. Dans cette maison d’assistantes maternelles au Gosier, a priori pas de problème d’espace pour accueillir les 16 enfants inscrits et faire en sorte que de petits groupes ne se croisent pas. Mais il faut pourtant rester à un effectif de10, comme pendant le confinement, sur « décision de la PMI », indiquent les assistantes maternelles, qui doivent « refuser » des enfants.

Un planning est élaboré, qui donne logiquement la priorité aux enfants de soignants. Pour les autres, il faut voir la place qu’il reste.

« On a eu un jour en moins cette semaine » et « on ne sait pas encore pour la semaine prochaine », explique Saraline, maman d’une fillette de 3 ans, qui a pourtant repris le travail avec son mari et doit « gérer les deux, ma fille et le travail» quand elle ne peut pas déposer sa fille à la MAM.

Pour des questions de régime distinct, de droits et d’obligations différents, cette restriction ne s’applique pas de la même façon aux crèches, qui si l’espace le permet, peuvent accueillir d’avantage d’enfants, à condition d’avoir des groupes de 10 maximum qui ne se croisent pas.

Or, pour les MAM, qui regroupent des assistantes maternelles indépendantes, cette règle de 10 enfants maximum dans la structure doit s’appliquer pour l’instant sans distinction, et a des conséquences directes sur les finances de ces établissements, comme l’explique Claudine, assistante maternelle : « le loyer court, les charges courent, et avec moins d’enfants, on ne peut plus les payer [...] on lance un cri d’alarme au département qui donne les agréments».

Interpellée sur la question, Josette Borel Lincertin répond qu'il y a « une adaptation à faire », qu'il s'agit de » faire respecter la loi » mais qu'elle va « accueillir les assistantes maternelles pour mieux les accompagner s'il le faut ».

 

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.