Restauration scolaire à Anse-Bertrand : les parents toujours mobilisés

Par • Mis à jour le 19/02/2019 - 18:42

Une nouvelle journée de mobilisation des parents d'élèves de l'école maternelle de Campêche (Anse-Bertrand) ce mardi. Ils soutiennent une mère de famille qui souhaite inscrire sa fille, allergique, à la cantine scolaire. La proposition de la municipalité est jugée insuffisante.

    Restauration scolaire à Anse-Bertrand : les parents toujours mobilisés

A Anse-Bertrand, les parents d’élèves de l’école maternelle de Campêche ont bloqué de nouveau l'établissement ce mardi matin. Ils soutiennent une mère de famille qui souhaite inscrire sa fille, allergique, à la cantine scolaire. Malgré une rencontre avec le maire lundi, il n'aurait pas accepté de prendre en charge le repas, spécifique, de l'écolière; en tout cas, pas dans les conditions souhaitées par la mère de famille. Une situation incompréhensible pour Christie Relimien, porte-parole des parents d’élèves.

 

 

Le maire réagit

Edouard Delta, le maire d'Anse-Bertrand, refuse de prendre la responsabilité des plats qui seraient distribués à l'écolière, par le biais de la cantine scolaire. Toutefois, il indique qu'une procédure de prise en charge d'un panier-repas livré par les parents aux services de la cantine scolaire sera mis en place, après les vacances de carnaval, le 11 mars prochain.

Restauration scolaire et allergies

Un enfant allergique peut intégrer la restauration collective d'un établissement scolaire. Avant toute chose, il faut définir le seuil de tolérance de l’enfant. L’objectif est de faire la différence entre une intolérance alimentaire ou une vraie allergie. Dans ce dernier cas, il faut supprimer l’aliment ou les aliments en question et mettre en place un régime adapté, à la maison mais aussi à l’école. Depuis 20 ans, les établissements scolaires ne peuvent pas refuser l’accès à la cantine scolaire aux enfants souffrants d’allergies alimentaires. Quand la situation se présente, on peut mettre en place différentes modalités d’accueil en restauration collective :

1- Les parents peuvent prendre en charge la substitution des plats, et assumer les responsabilités de la qualité et de la fraîcheur du repas.

2- La collectivité prend en charge les repas spécifiques lors de la pause méridienne. Les parents de l'enfant allergique et la collectivité doivent signer un PAI (Projet d’Accueil Individualisé). Un document signé par les parents, le chef d’établissement, le médecin scolaire et le médecin traitant. Le PAI définit le régime de l’enfant et, en cas d’urgence, le protocole d’utilisation des médicaments. Si la concertation échoue, les parents peuvent saisir le défenseur des droits. Il reviendra à ce dernier de définir s'il y a discrimination.