TRANCHES D’HISTOIRE : « La Réserve Cousteau », d'abord un coup de pub

Par • Mis à jour le 25/11/2017 - 14:45

Si dès les années 1960, le commandant Cousteau a bel et bien contribué à la notoriété des sites de plongée au large de Malendure, les premières mesures de protection n’ont été prises que dans les années 1990 et la zone n’a eu de statut réel de « réserve » qu’en 2009.

    TRANCHES D’HISTOIRE : « La Réserve Cousteau », d'abord un coup de pub

Un site connu dès les années 1960 grâce au "coup de pub" du Commandant

Si l’océanographe Jacques-Yves Cousteau tourne, avec Jacques Malle, « Le Monde du Silence » en 1954-1955 en Mer Rouge, ce n’est qu’en 1959 qu’il découvre la beauté des fonds de Malendure, en Guadeloupe. Il essaie alors avec ses équipes, dans les eaux de l’archipel, une toute nouvelle « soucoupe plongeante » SP-350.

Le commandant Cousteau tombe sous le charme de ces fonds marins et émet le souhait de faire protéger le site. Mais rien n’aboutit en ce sens. Les commerçants locaux eux n’attendent pas et s’emparent de ce merveilleux coup de pub. Ils baptisent les lieux « Réserve Cousteau ». Le succès est immédiat et le site devient l’un des endroits les plus prisés de la Caraïbe.  Plusieurs clubs de plongée s’y installent. Aujourd'hui le site est incontournable pour les plongeurs dans l'archipel. En 2004, un buste en bronze du commandant Cousteau est posé à 12 mètres de profondeur (sur le site jardin de Corail).

 

Le buste du Commandant Cousteau
Le buste du Commandant Cousteau

 

1ères mesures de protection dans les années 1990

 « La réserve Cousteau », connue comme site phare de la Caraïbe,  n’était ainsi pas légalement une réserve. Il a fallu attendre un  arrêté préfectoral interdisant la pêche et le mouillage d’ancres sur zone dans les années 1990. Une situation qui a duré jusqu’en 2009. Ce placement en site protégé aura été une véritable « bataille » selon Thierry Abelli, actuel maire de Bouillante.

C’est ainsi qu’avec le décret du 3 juin 2009, l'espace parc national intègre les fonds marins autour des Îlets Pigeon, et les ilets eux-mêmes. Le parc national de la Guadeloupe est gestionnaire  depuis cette année-là. La « Réserve Cousteau » devient « cœur de Parc national de Pigeon ».

 

Les îlets Pigeon autour desquels s'étend la Réserve
Les îlets Pigeon autour desquels s'étend la Réserve

 

Un site exceptionnel

Cet espace maritime protégé  se situe en grande partie sur la commune de Bouillante mais concerne aussi celle de Pointe-Noire.  Sont ainsi protégés : 400 hectares autour des îlets Pigeon, face à la plage de Malendure. Ces ilets (2 îlots d’une superficie totale d’environ 8 ha) se trouvent à un peu plus d’un kilomètre du littoral. Les fonds sous-marins y sont exceptionnels, riches de poissons, coraux, éponges, gorgones, tortues, langoustes.

« Les îlets sont recouverts d'une végétation sèche littorale dominée par le Mancenillier, le Poirier et le Frangipanier » indique le Parc. « On y trouve également des espèces endémiques des Antilles comme le Bois de mèche et le Grand pourpier. Les îlets se composent de roches volcaniques qui favorisent l'installation des communautés coralliennes ».

Il est aujourd’hui question pour le Parc de « trouver un équilibre entre activité économique, fréquentation et protection de la biodiversité ».Ce site qui attirent entre 50 et 60 000 plongeurs par an est un des plus grands sites de plongée français.

Tortue marine. Photo DR PY Pascal
Tortue marine. Photo DR PY Pascal