TRANCHES D'HISTOIRES : Patrick Thimalon, l'ennemi public n°1

Par • Mis à jour le 21/04/2018 - 17:53

Braqueur, fugitif, ennemi public numéro 1, Patrick Thimalon était un habitant du quartier de Boissard aux Abymes, surnommé « le robin des bois de la Guadeloupe » ou « le robin des îles » car selon des témoignages d’époque, il reversait une partie de ses butins à des familles défavorisées.

    TRANCHES D'HISTOIRES : Patrick Thimalon, l'ennemi public n°1

L’homme s’est fait connaître dans les années 1980 dans une Guadeloupe où le climat social était tendu. En effet, le département connaît à cette époque une violente crise, avec notamment de nombreuses actions armées de groupes indépendantistes visant les symboles du pouvoir en place à l’aide de bombes.

a

 

Malfaiteur de son état, Patrick Thimalon multiplie de son côté les exactions. Une vie faite de braquages, arrestation, prison, évasion. Car celui que son avocat Félix Rodes dans un livré consacré depuis, décrit comme un homme intelligent, mais avec le casier judiciaire le plus chargé de France, ne rate pas une occasion de se faire la belle, dès qu’il est enfermé, afin de recommencer immédiatement ses forfaits.

 

z   e

 

En novembre 1985, la vie de Patrick Thimalon prend une toute autre tournure, lorsqu'il est soupçonné d’avoir abattu un gendarme. La répression est fortement renforcée pour retrouver cet ennemi public n°1. Les autorités chercheront l’homme en ville comme à la campagne. Pourtant, personne à ce moment ne peut officiellement affirmer que Patrick Thimalon est l’auteur de cet assassinat, personne ne sachant vraiment qui il était sur l’île.

 

q   s

 

Il prendra au cours de sa « carrière » tous les risques, sans la moindre peur, afin d’arriver à ses fins. Condamné à deux fois 18 ans de prison, alors qu’il purge déjà une peine de 15 ans de prison, il est accusé de l’assassinat du gendarme. Son procès dépaysé à Paris, ce qui montre la gravité de l’affaire, va bénéficier d’un acquittement après la plaidoirie du célèbre avocat, Maître Félix Rodes. Verdict tout à fait inattendu quand on connait la sévérité de la Cour d’Assises de Paris. 

 

w   v

 

Après un moment passé derrière les barreaux dans la prison de Fresnes en métropole, Patrick Thimalon fait encore parler de lui en Guadeloupe. En janvier 2001, lui et sa compagne et un troisième individu forcent un contrôle de police avec une voiture volée.

 

h   b

 

Après une course poursuite, une violente fusillade s’en suit, Patrick Thimalon et sa compagne trouveront la mort à l’entrée du quartier de Boissard, abattus par les forces de l’ordre.

 

 

 

Sources & images : France-Antilles archives,MémoiredeGuadeloupe,PatrickThimalon:BanditGuadeloupéen?EdNestor