TRANCHES D'HISTOIRES : une croix à la pointe des châteaux

Par • Mis à jour le 20/01/2018 - 17:22

Tranches d'Histoires s'intéresse aujourd'hui au site touristique le plus visité en Guadeloupe. La pointe des châteaux qui possède sur son morne une croix érigée en célébration du centenaire du diocèse à l’initiative du curé de Saint-François, le père Jean-Baptiste de Lahondèses et de l’évêque de Guadeloupe, Monseigneur Gay.

    TRANCHES D'HISTOIRES : une croix à la pointe des châteaux

La pointe des Châteaux est une péninsule située à l’extrémité Est de l'île de Grande-Terre à 45 km de Pointe-à-pitre et à 11 km de Saint-François, commune à laquelle elle est rattachée. Constituée d’une large bande littorale balayée par des vents souvent violents, la pointe des Châteaux se distingue par ses aiguillons, surgissant de l'océan, reliques d'une falaise érodée par les vagues et les embruns, et qui n'abrite plus qu'une faune et une flore rares, dont certaines espèces endémiques.

n

La Pointe des châteaux est le site le plus visité de la Guadeloupe avec près de 500 000 visiteurs annuels, et ne comporte aucun châteaux. L’origine en est simplement l’établissement de la communauté religieuse des Capuccins, qui en 1683 en ont fait leur paroisse : la Paroisse des Châteaux.

d

L’histoire de la Pointe des Châteaux connaît un premier développement humain avec l’installation de tribus d’indiens Arawak en l’an 300 après JC. Ils y resteront près de 11 siècles, soit jusqu’en 1400 si l’on tient compte des vestiges retrouvés notamment à Anse à la Gourde.

j

À la pointe de la péninsule, sur le monticule rocheux de la pointe des colibris a été érigé une première croix en 1951, remplacée récemment par une croix monumentale de 9 tonnes pour 10m de haut. Elle fut érigée en célébration du centenaire du diocèse à l’initiative du curé de Saint-François, le père Jean-Baptiste de Lahondèses et de l’évêque de Guadeloupe, Monseigneur Gay (1946). Une nouvelle croix a été placée en 2002. Tout près sont disposées deux tables d’orientation dans l’axe de la Pointe des Colibris, le plateau dyssimétrique et tabulaire.

p

Le site de la Pointe des Châteaux a été reconnu par le ministère français de l’Ecologie et du Développement durable, comme un espace de biodiversité mais aussi de richesse archéologique à préserver. Une opération « grand site national » a été lancée en 1999. La Pointe des Châteaux, hormis la bande des 50 pas, était composée de terrains privés. Pour une bonne préservation de ce site unique en son genre, le Conservatoire du littoral en a fait l'acquisition.

d

Concernant la commune de Saint-François,  les années précédant l’abolition de l’esclavage connurent une vague d’affranchissement et en 1835, 3 sucreries, 18 cotonnières et 8 vivrières sont propriété des libres de Saint-François. Fin 1837 se mettent en place les premières institutions municipales, n’incluant pourtant pas encore les affranchis sur les listes électorales. L’avènement de la Republique et l’abolition de l’esclavage en 1848 n’y changera rien et sous le Second Empire le conseil municipal est nommé par le gouverneur.En dépit de ces aléas politiques s’affirme la vocation sucrière de la commune au détriment de celle du coton avec en tête la plantation Sainte-Marthe, dont les propriétaires sont intimement liées à la vie politique de la commune.

c

Au début du 20ème siècle, Saint-François est particulièrement touchée par les troubles sociaux et les mouvements de grèves ce qui contribua grandement à l’élection en 1910 des premiers députés socialistes guadeloupéens (Légitimus et Boisneuf). Lors d’un cyclone en 1928, Saint-François fut la commune la plus durement touchée de la Guadeloupe avec 80 morts, 200 blessés et des dégats importants. Un autre cyclone Hugo en 1989, fera des dégâts matériels importants à la Désirade, plus au sud, les îles de Petite Terre.

b  a

Du sommet de la croix, la vue de 360° offre une vision sur la péninsule de la pointe des châteaux, mais aussi sur la Désirade, Marie Galante et Petite Terre. Par temps clair, on peut apercevoir Basse Terre et l’archipel des Saintes. Le parcours de 2km comporte l’ascension du belvédère de Morne Pavillon où se situe la croix. On y trouve sur le sentier des champs de bois noir, chandelle et bracelet parfaitement adaptés à cet environnement extrême. En fin de parcours, des escaliers de pierres qui mènent à la croix.

 

Sources & Images : pointe-des-chateaux.com, guadeloupe-tourisme.com, Wikipédia, destination-stfrancois.com, moutoussamy.net