Temple hindou à Sainte-Anne : le maire apporte des précisions

Par 07/01/2021 - 18:05 • Mis à jour le 07/01/2021 - 18:04

Suite à la polémique qui enfle ces derniers jours sur les médias à propos du temple hindou de Bois-Lomard, le maire de Sainte-Anne a souhaité apporter quelques éclaircissements à la population sur cette affaire. Un litige de voisinage à l'origine d'une plainte, a abouti sur une enquête de la part des services judiciaires concernant cet édifice à priori construit en toute illégalité.

    Temple hindou à Sainte-Anne : le maire apporte des précisions

Dans un communiqué rendu public ce jeudi, Christian Baptiste indique tout d’abord, qu’une demande de permis de construire concernant le projet de construction d’un bâtiment agricole, notamment une étable pour des caprins, a été déposée le 17 octobre 2019 à la mairie. Cette demande a fait l’objet d’une instruction au niveau des différentes institutions impliquées lorsqu’il s’agit de constructions à usage agricole. La Commission Départementale de la Préservation des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers (CDPENAF) et la Préfecture ont toutes les deux émises un avis favorable à ce projet.

Sur la base de ces informations, la municipalité a donc accordé un permis de construire pour la construction de ce bâtiment agricole, le 17 février 2020. Par conséquent, le maire de Sainte-Anne affirme que l’octroi de ce permis est tout à fait légal et ne peut être qualifié de permis de complaisance ou tacite. Par ailleurs jusqu’à ce jour, aucune déclaration d’ouverture de chantier, ni aucune déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux au permis délivré n’ont été reçues par les services de l’urbanisme. Dès lors, la municipalité n’a pu déclencher de contrôle sur ce bâti.

De plus, il faut savoir que deux procédures contentieuses, pénale et administrative sont actuellement en cours concernant le temple hindou. La justice étant saisie, l’affaire va suivre son cours. Néanmoins, dans ce contexte, Christian Baptiste tient à réaffirmer qu’il est attaché à la protection et à la valorisation du patrimoine et de l’identité guadeloupéenne. Les espaces cultuels hindous souvent très anciens participent en effet à la diversité culturelle de notre territoire, indique t-il. "Ils sont historiquement situés sur des terrains privés, en zone agricole. Est-il donc envisageable de détruire la quasi-totalité des lieux cultuels hindous de l’archipel ?". En tant que maire, il entend pacifier les échanges autour de cette affaire et agir comme un médiateur afin de maintenir le vivre ensemble, dès le début de la semaine en recevant les différentes parties au fur et à mesure.

 

 

Tags