Un stand pour « casser les préjugés » sur la trisomie 21

Par • Mis à jour le 21/03/2018 - 06:38

Ce mercredi c’est la journée mondiale de la trisomie 21. L’occasion de mettre en lumière une autre facette de cette maladie génétique pour les associations.

    Un stand pour « casser les préjugés » sur la trisomie 21

La trisomie 21 est une anomalie du 21è chromosome. "4 à 5 enfants" naîtraient chaque année en Guadeloupe avec une trisomie 21 selon les associations. Aujourd’hui si les professionnels et les parents reconnaissent que le regard a commencé à changer, il reste encore beaucoup à faire. « Aujourd’hui on ne cache plus les enfants avec une trisomie 21 » mais il faut encore « casser les préjugés », explique Alain Berthelot, président de l’association, AGIPHT 21, l’Association Guadeloupéenne pour l'Insertion des Personnes Handicapées et porteuses de Trisomie 21.

Ce mercredi matin, l'AGIPHT 21 tient un stand à Destreland afin de sensibiliser le public à ce handicap. L'AGIPHT 21 gère deux structures d’accueil de jour à Petit Bourg et Trois-Rivières. Il s’agit d’accueillir des adultes afin de les former, à « la couture, la cuisine, le bricolage », comme témoigne Mélinda, 21 ans, atteinte de trisomie 21.

Francis Montpierre, directeur du Le C.A.J.I.T.L, le Centre d'Activités de Jour et d'Initiation aux Travail et Loisirs de Petit Bourg, souligne les « dons » de certains de ses résidents, et l’importance de les laisser occuper certains emplois à leur portées « dans la restauration ou la décoration » par exemple.

Un appel au don pour reconstruire le toit d’un centre d’accueil

6 mois après Maria le module de Trois Rivières , « fortement impacté par le cyclone Maria », se retrouve « sans toiture », explique M. Berthelot, qui lance un appel aux dons.

Coordonnées de l’ AGIPHT 21 : 05 90 80 90 00 ou 06 90 56 19 82

6 mois après Maria la structure de Trois-Rivières n'a toujours pas de toît