A la Chambre d'agriculture, tous les coups sont-ils permis ?

Par 23/01/2019 - 12:36 • Mis à jour le 23/01/2019 - 12:36

La bataille pour la présidence de la Chambre d'Agriculture est bel et bien lancée. Un audio circule laisse entre que la présidente de la FDSEA proposerait de l'argent contre une voix. Des faits démentis par Maxette Pirbakas Grisoni qui dénonce une campagne de calomnie.

    A la Chambre d'agriculture, tous les coups sont-ils permis ?

La bataille électorale est lancée à la chambre d'Agriculture et on a le sentiment que tout les coups sont permis. Illustration avec un audio qui circule , ou l'on entend une femme se faisant passer pour Maxette Pirbakas Grisoni, la présidente de la FDSEA, proposer la modique somme de 2000 euros pour un soutien aux élections.

Du côté de l’intéressée on nie toute tentative de corruption, et on dénonce une campagne de calomnie orchestrée par un univers exclusivement masculin. Maxette Grisoni serait prise a partie uniquement parce qu'elle est une femme.

Que ce soit Maxette Pirbakas Grisoni ou non, le constat est simple : les passions sont déchaînées.

Soit elle a réellement passé ce coup de fil et auquel cas son interlocuteur a clairement voulu la piéger, ou soit l'audio est un fake et en pareille cas cela confirmerait également la thèse du piège orchestrée.

En tout cas une conclusion s'impose, la présidence de la Chambre d'Agriculture doit forcément receler de juteux avantages. Sinon pourquoi donc les candidats se porteraient ils autant d'attaque ?