Le premier ministre de Saint-Vincent s'adresse à sa population

Par Lola-Jeanne Cloquell 11/04/2021 - 14:08
01/01/2020 - 00:00
Saint-Vincent

Le premier ministre de Saint-Vincent, Ralph Gonsalves, s'est entretenu avec le professeur Richard Robertson du centre de recherches sismiques de l’université des West Indies, ce matin (dimanche 11 avril) sur les ondes de la radio locale NBC. Une diffusion en direct qui lui a également permis de s'adresser à la population, alors que l'éruption volcanique de la Soufrière se poursuit et que l'île est recouverte de cendres.

    Le premier ministre de Saint-Vincent s'adresse à sa population
Richard Robertson, directeur du centre de recherches sismiques de l’université des West Indies et Ralph Gonsalves, premier ministre de Saint-Vincent ©NBC Radio

Le premier ministre renouvelle l'appel à évacuer la zone rouge

Lors d’une émission interactive diffusée en direct sur la radio locale NBC Radio, le premier ministre de Saint-Vincent Ralph Gonsalves s’est entretenu ce matin (dimanche 11 avril) avec le professeur Richard Robertson, de l’université des West Indies, en charge de la surveillance de la Soufrière, pour faire le point à laquelle est confrontée l'île. L’éruption explosive a débuté vendredi dernier, et se poursuit. Un manteau de cendres recouvre les campagnes comme les villes et de nombreux habitants de la zone rouge située aux alentours du volcan ont déjà été évacués.

Mais malgré l’intensification de l’éruption, certains saint-vincentais refusent de quitter leur domicile situé en zone rouge, notamment dans le village de Sandy Bay. Le premier ministre de Saint-Vincent, Ralph Gonsalves, s'est adressé à eux avec émotion :

J'implore les personnes qui sont encore sur place : s'il vous plaît, le moment de partir est largement dépassé, et nous ferons le nécessaire pour venir vous chercher, mais sachez que c'est déjà un gros problème pour ceux qui prendront des risques pour vous aider. Être individualiste, têtu, inconscient, n'a aucun sens aujourd'hui. Nous sommes très inquiets pour vous, nous vous aimons, et nous voulons que vous sortiez de là, pour être dans les abris

La pluie, solution salvatrice pour évacuer les cendres

Une nouvelle éruption explosive, la plus forte depuis le début de l’épisode volcanique, a eu lieu cette nuit. L’île est soumise à d’impressionnantes chutes de cendres, et un violent orage volcanique s'est abattu sur le pays la nuit dernière. La pluie est donc venue s'ajouter à la cendre.

Pour le professeur Richard Robertson, directeur du centre de recherches sismiques de l’université des West Indies, si cette pluie peut malheureusement provoquer d’importantes inondations, c’est aussi bon signe. Elle permet de se débarrasser le plus vite possible des cendres volcaniques, dangereuses pour la santé et les infrastructures :

Nous avons une grosse quantité de matériaux meubles au sol, et on veut s'en débarrasser. C'est la bonne option que ces matériaux s'évacuent par les rivières vers la mer. Mais la chose ennuyeuse c'est que la quantité est si importante que ces matières peuvent engorger les rivières et causer des inondations. Mais selon moi, le mieux est que cette évacuation ait lieu, même si cela peut causer des dommages. Donc si ce pays peut recevoir beaucoup de pluie dans les prochaines heures, c'est le meilleur scénario pour nous

L'eau potable, véritable cheval de bataille

L'un des problèmes majeurs dans cette situation est l'accès à l'eau potable, alors que la majorité de l’île est privée d’eau et d’électricité. Or les rivières sont emplies de cendres, et l'accès aux sources est empêché de nombreuses chutes d'arbres. 

Les équipes sont à pied d'oeuvre pour restaurer l'approvisionnement en eau, ce qui devrait intervenir dans la journée de demain dans un premier temps. Mais la qualité de l'eau distribuée restera impropre à la consommation. Il est donc recommandé d'éviter de la boire et de l'utiliser avec grande parcimonie.

Des soutiens internationaux

Enfin, le premier ministre a évoqué les soutiens internationaux dont bénéficie Saint-Vincent. Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations-Unies a ainsi pris contact directement avec Ralph Gonsalves pour l'assurer de son soutien. Avec lui, le chef d'état saint-vincentais affirme que le Vénezuela, Cuba, Trinidad et Tobago, la Barbade, mais également le Canada, les Etat-Unis ou encore Taïwan se sont portés solidaires et sont prêts à venir en aide à la population sinistrée. 

Dès demain matin, à 8 heures, un navire humanitaire vénézuelien est attendu à Kingstown, Saint-Vincent.

Le premier ministre a ainsi clôturé son intervention à destination de la population en affirmant :

S'il vous plaît, restons calmes, concentrés, et patients. Nous ne sommes pas un peuple qui se lamente, nous survivrons, et sortirons plus forts de cette épreuve

Tags