Assises : procès de deux accusés "très dangereux", un seul comparaît

Par 09/05/2022 - 16:52 • Mis à jour le 09/05/2022 - 16:39

Ce lundi matin 9 mai 2022 s'est ouvert devant la Cour d'assises de Basse-Terre le procès de deux accusés poursuivis pour tentative de vol avec violences ayant entraîné la mort. Les faits se sont déroulés à Saint- Martin : en 2013, les deux accusés avaient été condamnés par contumace à 18 années de réclusion criminelle. Sur les deux, un seul est aujourd'hui assis dans le box.

    Assises : procès de deux accusés "très dangereux", un seul comparaît
Seul un des deux accusés comparaît pour ce procès censé durer trois jours

Un seul des accusés extradé

Stevie Richardson et Omer Nelson ne sont pas des inconnus de la justice. Leur casier est international pour avoir déjà été jugés et condamnés ailleurs que sur le territoire français.
Le premier est originaire de Sint Marteen. Le second de Curaçao. 

Seul Richardson est assis aujourd'hui dans le box. La justice française a réussi à obtenir des autorités hollandaises qu'il soit extradé. Il purge actuellement une peine de 22 années de réclusion criminelle pour meurtre en zone hollandaise.

Des hommes considérés comme très dangereux

Nelson, lui, est absent des débats. Il n'a pas pu être mis à la disposition des autorités judiciaires françaises. Le procès se tient malgré tout. Mais de manière disjointe.
Il faut savoir que c'est la seconde fois que les deux hommes, considérés comme très dangereux, sont appelés à comparaître devant la Cour d'assises de Basse-Terre.

En 2013, ils avaient été condamnés par contumace à 18 années de réclusion criminelle. En fuite, ils n'avaient pas participé à leur procès.

Les faits qui les emmènent à être poursuivis remontent au 18 février 2010 à Saint-Martin. Ce jour de carnaval, ils avaient tenté de voler un véhicule d'un particulier. Tentative qui avait échoué mais abouti à la mort d'un homme. 

Le procès est prévu initialement sur 3 jours. Il pourrait se terminer plus tôt du fait de l'absence de l'un des deux accusés. D'autant qu'il n'y a pas de parties civiles.