Cour d'Assises : peine maximale pour le pédophile de Deshaies

Par 24/06/2022 - 20:10 • Mis à jour le 24/06/2022 - 20:10

20 ans de réclusion criminelle assortis d'un suivi socio judiciaire pendant 10 ans, à sa sortie de prison. Suivi obligatoire qui s'il n'était pas observé verrait s'ajouter 7 années supplémentaires. C'est le verdict ce soir du violeur multi récidiviste qui a été reconnu coupable de tous les faits pour lesquels il était poursuivi. La peine de sûreté, autrement dit incompressible, de 13 ans, à été rejetée laissant le soin au juge d'application des peines d'aménager le séjour en détention du prédateur sexuel si le comportement de celui ci devait s'améliorer.

    Cour d'Assises : peine maximale pour le pédophile de Deshaies

Peine maximale mais sans sûreté. Autrement dit, le condamné pourra prétendre, s'il se comporte bien en prison, voir réduire son temps de détention. Les 20 années de réclusion criminelle prononcées ce soir restent le maximum qu'il encourait mais dans ses réquisitions l'avocate générale ce midi avait assorti ce quantum d'une peine de sûreté équivalente aux 2/3 à savoir un minimum de 13 années à passer derrière les barreaux avant de prétendre solliciter une remise de peine. Sans cette peine de sûreté, le quantum n'est plus incompressible et le condamné de ce vendredi soir pourra prétendre solliciter cette remise bien avant ces 13 années.

Il reste que 10 années supplémentaires de suivi socio-judiciaire lui ont été ajoutées comme une épée de Damoclès qui pèsera sur sa tête à sa sortie de prison et qu'il sera contraint d'appliquer; auquel cas, il se verra adjoindre 7 années supplémentaires de détention. Peine donc maximale mais modulable qui alterne à la fois une sanction criminelle exemplaire mais également un accompagnement de soins qui en l'espèce s'avère indispensable au regard des actes commis et ce vendredi soir, nous nous retrouvons avec un individu condamné pour la dangerosité qu'il peut représenter en sa qualité de violeur multi récidiviste assimilé à un pédophile.

Le condamné a 10 jours pour interjeter appel avec une faible probabilité que ce soit le cas même si l'individu qui a paru tellement incohérent dans ses propos pendant les 3 jours de son procès peut encore réserver des surprises.

 
 

Tags