Notaire : le mécontentement de familles lésées

Par 09/05/2022 - 06:00 • Mis à jour le 08/05/2022 - 21:58

Une centaine de familles se déclare lésée en raison d'un notaire qui n'a pas donné suite aux dossiers dont il avait la charge. Ses agissements et sa gestion sont au coeur de la grogne des familles et 'Le Collectif de Défense Mobile', qui les représente. Non sans mal, la Chambre des Notaires de Guadeloupe a obtenu la reprise des dossiers en instance. Mais le travail est colossal.

    Notaire : le mécontentement de familles lésées

'Les victimes se comptent par centaines' selon Hubert Quiaba, porte-parole du LCDM (Le Collectif de Défense Mobile). Il se fait l'écho depuis des mois de la détresse de familles guadeloupéenne et de leur colère à l'encontre de l'office de Maître Montalban, notaire de son état, office aujourd'hui fermé.

Le Collectif dénonce les agissements et la gestion de l'office par ce professionnel qui, selon Hubert Quiaba, aurait dû cesser toutes ses activités depuis longtemps (retraite). Malheureusement, les délais d'instruction s'allongent sans raison avec de fortes sommes engagées dans certaines affaires. Une situation qui n'est pas sans conséquence pour ces familles en attente de documents administratifs afin de valider des ventes ou des achats de terrain par exemple. 

Une solution à l'horizon ? 

C'est aujourd'hui toute une profession qui voit son image écornée par cette affaire retentissante. Mais pas question de cautionner les agissements de ce confrère, contraires aux règles d'une activité strictement réglementée. Aussi, la Chambre des Notaires de Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélémy a pris les choses en main, avec l'appui de la justice, afin de faire cesser l'activité de Maître Montalban, et surtout, désigner un notaire attributaire afin de reprendre tous les dossiers en instance pour résolution.

Thierry Collanges, Président de la Chambre des Notaires de Guadeloupe, rappelle toutefois que tout cela "prendra du temps". En effet, l'office attributaire doit inventorier, classer et relancer les procédures de tous les documents obtenus (non sans mal) avant traitement. Ecoutez cette enquête signée David Camatchy.